Société

La politique locale en Europe s'offre un lifting

Article publié le 24 juin 2010
Article publié le 24 juin 2010
Pour lutter contre l'immobilisme politique, une cure de jeunesse est souvent revigorante. En Italie, où 23.000 jeunes siègent au sein des administrations locales, jeunesse et politique locale forment un duo gagnant. Une petite armée de jeunes de moins de 35 ans s'y épanouie, moins médiatisée qu'un Berlusconi, mais engagée en politique pour servir un territoire plus que par opportunisme.
Et dans le reste de l'Europe?

 Les chiffres du Rapport Cittalia ( le centre d'études de l'association italienne des municipalités) sur les jeunes élus locaux sont clairs : 18,8% des 123.000 élus locaux ont moins de 35 ans. Rien à voir avec la faible présence des jeunes au sein du Parlement italien (3,5% du total), ou des Conseils Régionaux (2,3% des élus). Le même rapport indique que l'engagement politique des jeunes est encore plus important dans les petites communes – 70% d'entre-eux siègent dans des villes de moins de 5.000 habitants – ce qui témoigne d'un engagement direct des moins de 35 ans contre le déclin et le dépeuplement de ces petites communautés. « Ici, on vit dans des conditions de bien-être impossible à atteindre dans les grandes villes, explique Simona Rossotti, 20 ans seulement et déjà maire de Perlo, une commune d'à peine 130 âmes située dans la province de Cuneo. Toujours plus de jeunes choisissent de rester vivre ici, de rénover une maison et de faire grandir leurs enfants au sein d'une communauté familiale et où il possible de retrouver un fort sens de l'identité ».

Jeunes politiciens, politiques de jeunes

Conseiller municipal à Nizza di Sicilia Malgré son jeune âge, Simona est engagée en politique depuis l'âge de 18 ans et en est déjà à son second mandat de maire. « Quand j'étais enfant et que je voyais qu'il ne se passait pas grand chose dans les communes, explique t-elle, je voulais faire quelque chose pour rendre mon village plus vivable. Petit à petit nous y sommes arrivés : Perlo était une commune sans lieux de vie publics, aujourd'hui nous en avons créé et nous avons amélioré l'éclairage public, avec une ampoule pour chaque habitant ». L'envie de faire et l'enthousiasme sont une constante dans l'engagement des jeunes qui siègent dans les conseils municipaux (77% des jeunes élus), comme adjoint ou maire, tel Matteo Renzi , le maire de Florence âgé de 35 ans. Son élection en 2009 avait relancé le débat national sur la contribution des jeunes dans les administrations locales. « Nous avons une perception différente sur certains sujets et sur certaines propositions, affirme Giacomo D'Arrigo, conseiller communal de Nizza di Sicilia et coordinateur de Anci Giovani ( Ndlr : Association italienne des jeunes élus locaux). Il est plus facile pour un jeune maire de proposer l'introduction du Wi-Fi gratuit que pour quelqu'un qui rencontre des difficultés pour utiliser un ordinateur ». L'innovation, les échanges avec l'Europe et la modernisation des territoires sont des sujets constants dans l'action des jeunes qui s'impliquent au niveau local. Même s’ils peuvent galérer un peu au début avec les arrêtés et les procédures, ils parviennent toujours a obtenir des résultats concrets. D'ailleurs, leur approche de la politique est marquée par un enthousiasme tout réfléchi : « Quand tu es jeune, souligne D'Arrigo, des attentes et des poussée émotives te poussent à l'engagement et peuvent se révéler utiles pour l'ensemble de la communauté. Tu es motivé par le changement, par l'innovation et cela bénéficie également aux partis et aux institutions ».

Anti-Machiavel

Jeune conseiller municipal à Neuilly-sur-Seine, le fief de Nicolas SarkozyToutefois, la scène politique nationale peine à prendre en compte ce phénomène, beaucoup plus fort en Italie que dans le reste des pays européens, comme en Grande-Bretagne et en France où l'âge moyen des élus dans les conseils municipaux est plus élevé. « Il y a encore peu de jeunes élus en France, affirme le président des jeunes élus français, Pierre-Adrien Babeau, conseiller municipal à Neuilly-sur-Seine. Il suffit de regarder l'âge moyen de nos députés – cinquante-six ans – pour voir que les jeunes sont très peu représentés. Beaucoup de nos hommes politiques voient la politique comme un métier, les partis sont bloqués par les plus anciens, quand de leur coté les villes, les départements et les régions sont des baronnies ». La situation n'est pas meilleure au sein du Parlement Européen, où seulement 8 % des élus ont moins de 35 ans. L'apport des jeunes à la vie locale permettrait pourtant au reste de l'Europe de mettre au centre de l'action politique des sujets comme le travail, le logement et les études : « Les jeunes s'engagent au niveau local surtout par conviction, souligne Babeau. Pour faire de la politique, il faut être libre et pour être libre il ne faut pas dépendre de la politique. L'engagement politique ne doit pas carriériste, sinon la peur de perdre le mandat pourrait modifier la façon d'agir ».

Cher « parrain »

Chionetti, né en 1986, est la plus jeune maire d'Italia. Elle a été élue par les habitants de Dogliani (Cuneo)

En Italie, les rares rencontrent entre jeunes élus sont l’occasion d’échanger. L'Anci Giovane a relancé le débat entre les jeunes élus, dans la ville sicilienne de  Taormina, autour des qualités nécessaires à l’entrée en politique en Italie. La réponse au sondage sur ce thème est surprenante : pour 45,5% des jeunes élus interrogés, il est encore nécessaire d'avoir un « parrain » politique, un moyen jugé plus efficace pour se frayer un chemin en politique locale que la préparation et la valeur individuelle. « Le parrain aide mais n'est pas indispensable, soutient à l’inverse Riccardo Rivani, 26 ans, conseiller municipal a Minerbio (Bologne). Il arrive assez souvent que des jeunes compétents se trouvent en difficultés parce qu'ils croisent sur leur chemin des personnes soutenues par des parrains et qui n'hésitent pas à leur mettre des bâtons dans les roues. Dans ma commune, il n'a pas été facile de vaincre les résistances et le scepticisme des personnes qui étaient depuis longtemps en politique, mais nous avons quand même réussi à élire un maire et deux conseillers âgés de moins de 35 ans ». Une énième confirmation de ce que prouvent les jeunes politiciens au quotidien : avec la passion, on peut déplacer des montagnes.

Photo: ©A Merenda/flickr; Simone D'Antonio