Société

La Journée internationale de la femme se concentre sur la traite sexuelle

Article publié le 8 mars 2012
Article publié le 8 mars 2012
La traite des êtres humains est un marché très lucratif et en pleine expansion. On estime à 120 000 le nombre de femmes et d'enfants qui, chaque année, sont victimes de ce trafic vers les pays d'Europe occidentale. Selon le Rapport mondial sur la traite des personnes des Nations unies, la forme de traite la plus communément détectée est, de loin (79%), l'exploitation sexuelle.

En Asie du Sud où je vis actuellement, a été mis en place le projet Another Me qui dresse le portrait de 126 jeunes filles et femmes, victimes et rescapées de cette traite. A l'initiative de l'équipe indienne composée du photographe Achinto Bhadra et de la consultante Harleen Walia, elles se métamorphosent en leur alter ego le temps d'une séance photo, partageant ainsi leurs histoires et leurs sentiments. De la déesse serpent à l'esprit vengeur ou à la feuille bourgeonnante, elles fabriquent elles-mêmes leurs costumes et sont photographiées en silence. Leurs histoires ne sont pas de simples récits de prostitution : ces 126 portraits nous catapultent dans les coulisses de la plus perverse et la plus obscure des dynamiques sociales.

Un problème européen

Selon le rapport « The Links between Prostitution and Sex Trafficking : A Briefing Handbook » préparé pour un projet commun coordonné par la Coalition internationale contre la traite des femmes (CATW) basée aux États-Unis et le Lobby européen des femmes (EWL), la traite des femmes et des jeunes filles est une activité en plein essor et extrêmement lucrative. Elles deviennent des esclaves modernes, leur corps étant exploité par l'industrie du sexe à destination de l'Europe de l'Ouest. Paradoxalement, les femmes représentent la majorité des trafiquants dans 30% des pays qui ont fournis des informations sur le genre de ces criminels.

Des organisations telles que le Women leaders' councildes Nations unies, la fondation Terres des hommes (TDHIF), l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains du Conseil de l'Europe (GRETA), et beaucoup d'autres éveillent la conscience publique sur ce problème.

Best of des évènements pour la journée de la femme : Bruxelles, Paris et Londres

La journée internationale de la femme2012 a lieu le 8 mars. C'est une manifestation annuelle où sont organisés à travers le monde des milliers d'évènements afin d'inspirer les femmes, de célébrer les avancées en terme d'égalité et de justice et de mettre à jour les problèmes liés à la condition féminine. A Bruxelles, le Lobby européen des femmes lance dix jours d'actions en faveur des droits de la femme en Europe (29 Février - 9 Mars). Le Parlement européen rassemblera des députés européens et nationaux membres de comités parlementaires pour l'égalité des chances, autour de discussions sur le thème de « A travail égal, salaire égal » pour parler des mesures actuelles de réduction de l'écart de paie entre hommes et femmes. Le 7 mars a été projeté le film anglais We Want Sex Equality de 2010 (titre original Made in Dagenham, ndt), suivi d'un débat.

A Paris, un concert organisé par l'Unesco en collaboration avec l'Organisation internationale de la Francophonie accueillera la chanteuse marocaine Oum El Ghait et le chanteur malien Bafing Kul. Oum jouera de la musique soul mixée à ses influences naturelles, comme la poésie hassany (culture du désert marocain) et les rythmes africains. Kul dénonce l'esclavage domestique et l'excision - mutilation sexuelle qui touche encore 80% des femmes au Mali et des milliers d'autres dans le monde.

Londres célèbrera la réussite féminine avec un petit déjeuner au champagne le 9 mars (Great Hall, Guildhall, Ville de Londres). En 2011, l'évènement avait permis de recueillir plus de 28 000 livres sterling pour Refuge, une association sauvant chaque jour plus de 1 600 femmes et enfants de la violence domestique. Hommes et femmes se retrouveront sur la rive sud du Millennium Bridge avant de franchir la Tamise et de marcher vers l'est en direction du Royal Festival Hall. L'évènement est organisé par Women for Women International dans le cadre du projet « Join me on the bridge ». Alors que le projet Another Me aide plus d'une centaine de jeunes femmes à retrouver leur assurance et leur estime d'elles-mêmes de l'autre côté du continent, beaucoup attendent encore que quelqu'un vienne les sauver.

Photo : ©  courtoisie de 2007 Achinto/ anotherme.org/