Société

La France ose le féminisme : « Mademoiselle » a le blues

Article publié le 18 octobre 2011
Article publié le 18 octobre 2011
La France s'interroge: demander aux femmes de cocher « Madame » ou « Mademoiselle » (en d’autres termes : mariée ou pas mariée ?) dans les formulaires administratifs alors que les hommes n'ont qu'à mettre une croix à côté de la case « Monsieur » serait-il discriminatoire ? L'association féministe Osez le féminisme estime que oui et enjoint les femmes à revendiquer leur droit au « Madame ».

En Allemagne, l'appellation « Fräulein » (Mademoiselle) a disparu des formulaires officiels en 1972. Qui plus est, les Allemandes peuvent aussi porter plainte contre tout emploi oral ou écrit de ce terme, à l’exception bien sûr des jeunes filles têtues qui se font régulièrement rappeler à l’ordre par leur mère à l’aide d’un « Fräulein ! » menaçant.

En France par contre, c’est une autre chanson! Les Françaises sont en effet toujours soumises au choix cornélien du « Mademoiselle » ou du « Madame ». Non seulement la différence est floue (« J’ai 63 ans, mais je ne suis pas mariée : donc, Mademoiselle ? Mais j’ai été mariée, donc Madame ? »), estiment les membres du mouvement Osez le féminisme, mais elle est aussi sexiste !

Au Royaume-Uni, c’est pire : Mrs, Miss ou Ms ?

Ainsi fut lancée en France fin septembre dernier la campagne « Mademoiselle, la case en trop ». Alors que de nombreuses femmes âgées se sentent plutôt flattées lorsqu’on les gratifie d’un jeune « Mademoiselle », l’association Osez le féminisme, elle, y voit une forme de sexisme. Pourquoi alors n’y aurait-il pas une jolie petite case avec l’indication « Mondamoiseau » ou « Jeune homme » pour les hommes ? Car il faut savoir qu’à l’origine, Mademoiselle désignait bien une jeune femme encore pure et innocente avant le mariage.

C’est la raison pour laquelle l’obligation de choisir entre « Mademoiselle » et « Madame » est considérée par le mouvement féministe comme une question inappropriée et personnelle, car peu ou prou, elle revient à devoir déclarer publiquement la nature de sa relation amoureuse : le mariage devient alors un critère de référence.Les hommes n’ont par contre pas à se plaindre. Pour reprendre les mots du groupe Osez le féminisme : « (…) "Mademoiselle" force les femmes à dévoiler leur vie privée, comme si leur mariage leur donnait une plus-value. Dès lors que le mariage est aujourd’hui perçu comme une décision relevant de la vie privée, pourquoi diable les femmes sont-elles toujours contraintes de définir leur statut marital ? »

D’aucuns, hommes et femmes, trouvent ce débat ridicule (« Eh oh, l’égalité des salaires est une problématique tellement plus importante ! »). L’auteure Brigitte Grésy, elle, proteste : « La langue reflète la réalité. » Il est possible de lutter contre la discrimination linguistique et même si sa suppression serait loin de radier la discrimination de la surface de la terre, elle permettrait au moins d’y sensibiliser la population. En somme, la case « Mademoiselle » doit être supprimée. Et quoi qu’il en soit, même si cette initiative devait échouer, les Français et Françaises devraient être sensibilisés à la discrimination sexuelle. Au moins un minimum.

Photo : Une (cc)Marc Vathieu/flickr; video (cc) france3idf/ youtube