Société

Karima Delli : «Les eurodéputés sont déconnectés de la réalité»

Article publié le 8 mars 2011
Article publié le 8 mars 2011
Jeudi 3 mars, les députés européens ont voté en faveur d’une hausse de 1 500€ de leur budget mensuel, un an après avoir voté une première augmentation de 1500€. En tout, 27 millions d’euros en deux ans. Pendant ce temps, les Européens se serrent la ceinture.
Pour Karima Delli, eurodéputée d’Europe Ecologie membre de Jeudi Noir et du collectif Sauvons les riches, les députés sont « déconnectésde la réalité ».

cafebabel.com : on entend les députés européens de la coalition des conservateurs et sociaux-démocrates défendre la hausse de 1 500 euros mensuels de leur budget en raison du traité de Lisbonne. Concrètement, rend-il cette hausse inévitable ?

Karima Delli :  C’est vrai qu’avec le Traité de Lisbonne, beaucoup de textes sont votés en co-décision alors qu’avant le Parlement ne donnait qu’un avis. C’est une charge accrue et une bonne chose pour la démocratie européenne. Ceci étant dit, cette augmentation est un très mauvais signal que l’on envoie aux citoyens européens. Le Parlement ne cesse de demander des restrictions budgétaires aux Etats membres et en même-temps il augmente ses moyens. Le groupe Verts/ALE s’est opposé à une mesure qui n’a pas de sens en période d’austérité.

cafebabel.com : Vous proposez que les députés justifient leurs dépenses pour vérifier la nécessité de cette hausse de budget. Y-a-t-il un manque de contrôle à l'heure actuelle ?

La jeune femme de 32 ans participe à de nouvelles formes de militantisme comme le collectif Jeudi NoirKarima Delli : On reçoit 4 200 euros par mois de ce qu’on appelle des frais généraux – dépenses de bureau, de téléphone, déplacements, etc. C’est une somme généreuse et par principe de transparence, une justification devrait être exigée pour chaque dépense. C’est une pratique courante dans des pays comme la Grande-Bretagne et je ne vois pas pourquoi on ne l’appliquerait pas au niveau européen. On ne peut pas gaspiller l’argent public comme ça. En tant que député écolo, je trouve d'ailleurs qu’on devrait trouver d’autres sources d’économie : supprimer le siège de Strasbourg ferait économiser 180 millions d’euros, mais réduirait aussi l’empreinte carbone des parlementaires européens de quelques 19 000 tonnes de CO2 par an.

cafebabel.com : Selon la députée Estelle Grelier, cette polémique est « démagogique » car « la démocratie a un prix ». Si on l'écoute, le groupe Verts/ALE promeut une sorte de démocratie à bas prix...

Karima Delli : C’est irresponsable et en même temps mauvais signe d’affirmer des choses pareilles. On ne peut pas dire après un an de fonctionnement que notre charge de travail est telle qu’elle implique une augmentation de budget !

cafebabel.com : vous n’avez donc pas de problème de budget ?

Devant le Président du Parlement européen Jerzy Buzek, elle a demandé avec 8 autres députées l'application de l'égalité de salaire hommes-femmes... avec une moustache Karima Delli : J’ai 4 assistants à temps plein et un stagiaire dans le cadre de ses études. Je n’ai pas besoin de plus et eux non plus (les intéressés confirment derrière l’eurodéputée, ndlr). Le problème dans tout ça, c’est la déconnexion totale des députés européens avec les réalités de leurs citoyens. Et c’est ce que nous dénonçons.

Photos : Une (cc)European Parliament/flickr ; Karima Belli : ©Joelle Dollé ; Karima Belli avec la moustache : ©Jane Mery