Société

Jason Selvarajan : une douche sans fin

Article publié le 9 novembre 2015
Article publié le 9 novembre 2015

Laisser couler l’eau sans la gaspiller, c’est désormais possible grâce au système de recyclage imaginé par un jeune finlandais. Jason nous a parlé de ces douches interminables, la conscience tranquille.

Sous leur douche, certaines personnes chantent, d’autres ont des idées brillantes. À 10 ans, Jason Selvarajan faisait déjà partie de la seconde catégorie. « Un jour, pendant que je me rinçais après m’être savonné et que de l’eau claire coulait sur mon corps propre, je me suis demandé : "pourquoi ne pas la recycler ?" », se souvient l’ingénieur finlandais. Plutôt que de poser la question aux adultes, Jason a pris les choses en main et a mis au point la Showerloop – une « douche en boucle ».

(Re)cycle de l'eau

En moyenne, une personne prend 10 minutes et consomme 100 litres d’eau pour se laver. Avec son invention, ce rituel quotidien ne nécessite plus que 10 litres d’eau et peut durer des heures. Grace à un système circulaire, la Showerloop recycle indéfiniment les mêmes 10 litres d’eau : une pompe remonte le liquide versé dans le bac à douche dans les tuyaux, de là, il passe à travers un série de filtres - composés de micro-fibres, sable et carbone actif - puis il est stérilisé par une lampe à rayons ultra-violets et enfin réinjecté dans le pommeau. Et Jason est catégorique : « L’eau réutilisée est propre, sans bactérie… en gros, elle est de meilleure qualité que lorsqu’elle sort du robinet ».

Si le jeune homme de 29 ans semble avoir trouvé une formule magique écologique, il ne se voit pas vraiment comme un génie. « Ça fait longtemps qu’on sait purifier l’eau », explique-t-il avant d’ajouter : « Je pense que toutes les technologies dont nous avons besoin pour développer un mode de vie durable sont déjà là. Il faut juste les mixer, se les réapproprier ». Il incite d’ailleurs chacun à suivre son exemple en partageant les techniques qu’il a élaborées sur son site. Jason et son partenaire Edouard travaillent également à la conception d’un kit « façon Ikéa » qui permettrait à tous les intéressés de fabriquer eux-mêmes leur Showerloop. Moyennant un millier d’euros - le coût des matériaux - et un peu de bonne volonté, la douche écolo sera donc bientôt à portée de tous.

La vidéo de présentation du projet.

Agir à la source

Et l’idée séduit déjà. Jason confie, enthousiaste, avoir reçu des demandes en provenance de France, d’Allemagne, du Canada ou même d’Afrique du Sud. En revanche, depuis le début de l’aventure en 2012, les institutions se montrent bien plus frileuses. À part l’appui de son ancienne université à Helsinki, Jason n’a reçu aucune aide ou subvention. Une absence de soutien qui explique peut-être son manque d’intérêt pour les grandes messes politico-écologiques comme la COP21 qui se prépare à Paris. « Ça fait déjà 30 ans que nos dirigeants savent que la planète va mal », résume-t-il sans attentes. Mais Jason n’est pas pour autant défaitiste : « Avant j’étais très engagé politiquement, puis j’ai réalisé que c’était plus simple de changer les choses avec des projets concrets qui touchent directement à notre façon de consommer ».

Élevé dans un pays où l’eau n’a rien d’une denrée rare, le créateur de Showerloop cherche d’abord à encourager des comportements plus responsables. Et son ambition ne s’arrête pas à la salle de bains. « Les douches ne représentent que 30% de la consommation domestique d’eau », avance-t-il. À terme, il aimerait donc pouvoir mettre au point un cycle complet pour l’ensemble de la maison où l’eau de la douche pourrait ensuite servir pour la machine à laver, les toilettes ou le jardin. « Il y a encore un tas d’économies possibles à faire », assure-t-il, la tête visiblement pleine d’idées.

_

_

_

Cet article fait partie d'un projet intitulé #21faces qui propose de faire le portrait de 21 jeunes écolos innovants à travers l'Europe en amont de la COP21, la grande conférence mondiale sur le climat organisée à Paris.