Société

Imaginez un monde sans bénévoles

Article publié le 2 décembre 2008
Article publié le 2 décembre 2008
Il y aurait 140 millions de personnes en moins sur la planète, l'économie mondiale perdrait 400 millions de dollars, le PIB diminuerait de 3 à 7 % et des millions d'employés du secteur tertiaire perdraient leur travail… Les bénévoles : le 5 décembre, on fêtera leur journée mondiale.

Ce serait probablement un monde plus triste où le chacun pour soi et le règne de l'argent primerait sur tout. Bien qu'étant un phénomène social économique et humain très important, le volontariat est souvent peu considéré par le public et les politiciens. 

Imagine all the people living for today

(Volunteering England Image Bank)Une étude d'Eurobarom ètre réalisée en 2006 (publiée en février 2007, La réalité sociale européenne) montre que trois Européens sur dix déclarent avoir une activité bénévole (rappelons que la population de l'UE est aujourd'hui de 500 millions de citoyens). L'étude de la Johns Hopkins University réalisée dans 37 pays du monde entier (un projet d'étude comparative sur le secteur des organismes sans but lucratif) recense approximativement l’équivalent de 140 millions de bénévoles à temps complet. Si les bénévoles constituaient un pays, ce serait le neuvième pays le plus peuplé du monde ! Le nombre exact de bénévoles demeure inconnu, car les gouvernements intègrent rarement ces informations dans leurs statistiques. Par conséquent, la contribution des bénévoles pour la société, l'économie et le développement humain dans le monde… reste encore incertain. 

Imagine no possessions, no need for greed or hunger and a brotherhood of man …

Mais qui sont ces volontaires, que font-ils ? Regardez autour de vous : ce sont souvent des membres de votre famille, des professeurs et des élèves, des collègues de travail, des amis, des rivaux. Ce sont des gens ordinaires qui s'engagent personnellement et volontairement, sans être payés et sans chercher à faire des profits. Ils font quelque chose pour les autres et pour la société en général. Ils travaillent normalement dans le cadre d'ONG (organisations sans but lucratif ou non-gouvernementales), associations, clubs, organisations de jeunes…Le volontariat est très souvent informel et spontané, quand par exemple on aide son voisin ou lors d'une catastrophe écologique.

Imagine all the people, sharing all the world …

On trouve les bénévoles parmi les parents qui donne un coup de main à l'école, les clowns bénévoles dans les hôpitaux et les hospices, les gens pratiquant un sport, les associations de loisirs, de personnes âgées, d'aide aux réfugiés, les avocats bénévoles, les spécialistes de l'aide humanitaire, les défenseurs des animaux, les écologistes, les cybervolontaires (informaticiens et traducteurs) et d'autres qui s'engagent activement dans la vie de leur communauté. 

Cependant, le volontariat ne doit pas remplacer les services fournis par les gouvernements. Il faut aussi distinguer le volontariat d'activités comme les stages, les formations et tout autres activités qui sont effectuées uniquement pour un profit personnel. Néanmoins, sa capacité à changer et influencer la vie des personnes doit être reconnue. Le volontariat permet aux gens de développer des compétences comme l'organisation, le leadership ou l'empathie, pour n'en citer que quelques unes.

Imagine there's no countries, nothing to kill or die for …

(vk-red/flickr)Il y a des différences importantes entre les pays et les traditions des bénévoles. En Pologne, Croatie ou autres pays post-communistes, il y a davantage de jeunes engagés dans le volontariat. En Italie ou en Espagne, le plus grand nombre de bénévoles sont des retraités de plus de soixante ans. En général, en Europe occidentale, le bénévole moyen est une personne installée, cultivée et d'âge moyen. En Europe centrale et du sud-est, le volontariat a encore une connotation négative et les malentendus persistent sur sa signification car dans les régimes communistes on parlait de « travailleurs volontaires » ou de « soldats volontaires ». Beaucoup de gens pensent qu'être bénévole signifie « travailler gratuitement et donc travailler pour rien ».

Imagine all the people, living life in peace …

Les bénévoles méritent le soutien des gouvernements, des autorités locales, des institutions européennes et de la société dans son ensemble. Cela leur permettrait de s'engager davantage dans leurs actions, de les protéger des abus et de poursuivre leurs missions. Les organisations bénévoles travaillent dur pour convaincre les décideurs de prendre en compte les besoins du volontariat, comme par exemple le CEV (Centre européen du volontariat), et la campagne pour 2011, année européenne du volontariat.

Cela favorisait certainement la reconnaissance des contributions des bénévoles, leurs réalisations, et encouragerait davantage de gens à s'engager activement pour la société. Comme le chantait John Lennon : « Tu peux dire que je suis un rêveur, mais je ne suis pas le seul, j'espère qu'un jour tu te joindras à nous et le monde vivra uni ! »

L'auteur de cet article travaille au CEV, un réseau européen de 67 centres bénévoles au niveau national, régional et local dans 27 pays, dont l'objectif est de promouvoir le bénévolat.