Société

Hongrie : des vidéos de propagande pour ramener les jeunes au pays

Article publié le 3 janvier 2012
Article publié le 3 janvier 2012
Goulash, lait caillé au chocolat, âmes sœurs et martellement de termes vintage pour séduire une génération d'expatriés. Alors que des dizaines de  milliers de personnes ont manifesté lundi soir dans les rues de Budapest pour protester contre la nouvelle Constitution, la propagande hongroise, menée par le parti conservateur Fidesz et ses jeunes affiliés, ne s'arrête pas à ses listes et à ses lois.

Le mécontentement grimpe en flèche, surtout chez les jeunesHongrois, diplômés de l'enseignement supérieur. Le fait que ce groupe de population ait toujours été disposé à étudier et à travailler à l'étranger, n'est pas une nouvelle. Mais récemment, les jeunes Hongrois sont de plus en plus nombreux à planifier leur avenir en dehors du pays - pour le reste de leur vie. Dans une vidéo populaire postée sur youtube, montrant une grande manifestation anti-gouvernement ayant eu lieu le 23 octobre, une jeune Hongroise chante une chanson intitulée Je n'aime pas le système, contenant les paroles « Cela ne me plaît pas que mes amis et ma famille se préparent à quitter ce pays. »

Dans la version hongroise originale, un mot étrange est utilisé pour exprimer l'expression « quitter ce pays ». Disszidálni signifie « devenir un dissident » – dans le contexte hongrois, cela reviendrait à dire quitter le pays pour des raisons politiques. Le mot n'était plus utilisé depuis l'effondrement du communisme au début des années 90...jusqu'à ce jour.

Le parti conservateur au pouvoir, Fidesz (Union civique hongroise), a utilisé sa majorité des deux tiers au Parlement pour recréer des institutions démocratiques ressemblantes. Une organisation de jeunesse pro-Fidesz, IKSZ, a fait le premier pas dans la tentative de ramener les « dissidents » avec son projet gyerehaza.orgRentrez -à la maison.org »). Leur liste de dix points incitant un retour au pays contient le goulash (plat traditionnel hongrois) et le lait caillé au chocolat (en tant que deux points distincts), les filles et les garçons séduisants et l'incomparable sentiment de se sentir à la maison, là où vous êtes nés et avez grandi. Une nouvelle vidéo d'un autre groupe de jeunesse pro-Fidesz, Új Generáció, raconte l'histoire d'un garçon et d'une fille qui tombent amoureux et renoncent à leur projet d'émigrer lorsqu'ils réalisent que toutes les choses importantes dans leur vie peuvent être trouvées en Hongrie.

A côté de cette propagande kitsch, le gouvernement tente également, par des mesures plus sévères de garder les jeunes Hongrois dans le pays. Une loi sur l'enseignement supérieur forcerait les nouveaux diplômés à rembourser le coût (soi-disant gratuit) de leurs études s’ils se déplacent pour travailler à l'étranger. Cependant, comme 2012 devrait être une année de forte récession économique, le climat politique étouffant et le mécontentement croissant devraient, selon les prévisions, pousser les jeunes Hongrois à agir de la même manière que leurs grands-parents dissidents le faisaient dans les années 1960 et 70 : tourner le dos à leur pays.

Plus d'informations sur le babelblog officiel de Budapest