Société

GPS : mais quelle est cette femme qui me donne des ordres ?

Article publié le 14 novembre 2011
Article publié le 14 novembre 2011
Où l’on découvre pourquoi les navigateurs automobiles ont une voix féminine, et pourquoi ça pose problème aux conducteurs de BMW allemands.

Le pire cauchemar de l’Allemand moyen : il monte dans sa voiture, programme son GPS, démarre le moteur pendant que le programme cherche l’itinéraire – et là, horreur, une voix de femme : « Le calcul de votre itinéraire est en cours. Maintenant, tournez à droite… » Voilà qui dépasse l’entendement : une femme qui donne des ordres ? On aura tout vu.

Le goût pour les voix féminines ? Inscrit dans les gènes.

Ce n’est pas une mauvaise blague. À la fin des années 90 c’était un véritable souci pour BMW en Allemagne. Le constructeur automobile a été obligé de rappeler tout ses modèles de GPS, après des coups de téléphones d’usagers furibonds. « Même après que les conseillers clientèle aient tenté d’expliquer que ce n’était pas vraiment une voix de femme et que tous ceux qui avaient créé le système GPS et les instructions données étaient des hommes, les gens n’en tenaient pas compte et réclamaient une modification de la voix. » résume Cliffor Nass, professeur de communication à l’université de Stanford. Il a publié le livre The man who lied to his laptopL’homme qui mentait à son ordinateur portable »). L’épisode BMW, décrit en détail par Nass dans cet ouvrage, ne doit pas nous induire en erreur : d’après une étude de l’institut de sondages Aris commanditée par le groupe Hightech-Verbands Bitkom , 46% des utilisateurs de GPS allemands indiquaient une préférence pour une voix féminine, contre seulement 9% pour une voix masculine.

Dans les faits, Siri, la voix du nouvel IPhone, n’est masculine qu’en France et en Grande-Bretagne. Logique, selon Clifford, car « il est beaucoup plus facile de trouver une voix féminine qui plaît à tout le monde qu’une voix masculine qui fait l’unanimité. » C’est un fait connu depuis longtemps : le cerveau masculin est programmé pour aimer les voix féminines. D’après Nass, gourou de la communication, cela commence dans le ventre de la mère : les fœtus réagissent à la voix de leur mère, mais pas à celle de leur père. Voilà pour l’explication biologique (reste à savoir ce qui a cloché dans le développement des fœtus français et britanniques…)

En termes historiques, pendant la Seconde guerre mondiale on utilisait déjà des voix féminines pour les appareils de navigation, jusque dans les cockpits d’avion – pour la raison évidente qu’une voix de femme était plus facile à différencier des voix d’hommes. Aujourd’hui encore, on utilise des voix féminines dans les cockpits, en particulier pour les alertes. Les pilotes l’appellent « Bitching Betty » (Betty la chieuse). Charmant.

Les voix masculines : méchantes et autoritaires

Les films de science-fiction eux-mêmes aident à comprendre la prééminence des voix de GPS féminines. Voici ce qu’écrit le journaliste Brandon Giggs dans un reportage pour CNN : « Les voix autoritaires ou menaçantes ont tendance à être masculines ». Par exemple, la voix paisible de l’ordinateur meurtrier HAL 9000 dans le film de Kubrick2001, l’odyssée de l’espace. Toujours selon Giggs, les voix plus soumises, c’est-à-dire des machines parlantes serviables, sont féminines, comme celle de l’ordinateur de bord de la série Star Trek. Apparemment HAL 9000 a traumatisé le secteur informatique. D’après Tim Bajarin, un analyste de la Silicon Valley, qui cite Giggs dans son article, il y aurait beaucoup plus de voix numériques masculines, si l’ombre de HAL ne planait pas encore.

L’explication de la prééminence des vois féminines dans les appareils type GPS peut se réduire à une formule de type : masculin = méchant et dominateur, féminin = bon et soumis. Mais il semble que ne ce soit pas si simple, puisque les Allemands, les Britanniques et les Français préfèrent une voix masculine. Peut-être s’agit-il d’une préférence pour les instructions données sur un ton autoritaire ? Apple ne donne pas d’informations sur la raison pour laquelle le service de reconnaissance vocale Siri a une voix masculine en France et en Grande-Bretagne. Pour revenir aux conducteurs de BMW allemands, faisons à nouveau appel au professeur Nass : une femme qui donne des instructions et se trouve donc virtuellement au volant constituerait un défi par rapport au rôle traditionnellement assigné aux femmes dans la société. Bilan : le conducteur de BMW allemand est en moyenne plus sexiste ou plus conservateur que les autres utilisateurs de GPS.

Le sentiment que quelqu’un est là et qui nous comprend

C’est assez révélateur de l’image de la femme, dont la voix est systématiquement associée à la soumission.

En fin de compte, qu’en est-il réellement du caractère sexiste de l’utilisation de voix féminines dans l’industrie des GPS ? C’est assez révélateur de l’image de la femme, dont la voix est systématiquement associée à la soumission. En principe cette préférence pour les voix féminines reflète seulement des stéréotypes sociaux : on s’accorde généralement à dire que les femmes savent mieux « communiquer ». Et ça compte pour les GPS : un conducteur qui erre de nuit sur une route de campagne isolée aura au moins le sentiment que quelqu’un est là, et qui le comprend. Les stéréotypes sont fermement ancrés et en ce qui concerne les voix des GPS en tout cas, ils ne donnent en fin de compte, ni une image très positive des hommes, ni une image très positive des femmes. Quoi qu’il en soit, la tendance se dirige vers la personnalisation. La voix de votre femme ? La voix de James Bond ? Pas de problème. Et pour les amateurs : on peut même avoir sur son GPS la voix sournoise de HAL 9000.

Photos : Une(cc)imdb.com; HAL 9000 (cc)Chan360/flickr; Vidéo (cc)movieclips/YouTube