Société

Être écolo, un truc de bobo ?

Article publié le 22 juillet 2015
Article publié le 22 juillet 2015

Dans l’imaginaire collectif, les écolos sont des gens plutôt relax, qui se déplacent à vélo, font leurs courses au marché bio et aiment débattre des questions de société une bière artisanale à la main. Si on poussait jusqu’au cliché, on dirait même qu’ils sont bobos. L’écologie serait donc une préoccupation d’élite ?

Donner une réponse définitive est bien entendu impossible. Il faudrait pour cela étudier le profil socio-économique de chaque électeur écolo. Mais en observant les faits, une tendance se dégage. Selon Johannes Hillje, consultant de campagne pour le Parti Vert européen, les chiffres de 2014 montrent que l’électorat est relativement jeune (18-34 ans), plutôt féminin, vivant en milieu urbain, d’un niveau d’éducation supérieur à la moyenne, plus intéressé par la politique et mieux informé que d'autres. 

Catégorie sociale ou valeurs communes ?

Une forme d’élite intellectuelle ? Peut-être. Est-ce pour autant une élite économique ? Là encore, difficile d’amener une vérité irréfutable. Même si quelque part, on pourrait imaginer que « niveau d’éducation supérieur » signifie « métier bien rémuné ». C’était peut-être vrai pour nos parents, mais plus de nos jours. Pour Johannes Hillje, la catégorie professionnelle n’entre pas en ligne de compte : « Nos électeurs ne se définissent pas par une certaine classe sociale, mais plutôt par des valeurs et intérêts communs ».

Une vision que partage Caroline Close, chercheuse post doctorante (FNRS) au CEVIPOL de l’Université Libre de Bruxelles. Elle apporte cependant une nuance : « Les partis verts ne sont pas des partis de classes, il s’agit plutôt de préférences et d’attitudes politiques. Mais leurs idées sont basées sur des valeurs post-matérialistes, donc autres que la recherche de la sécurité financière à tout prix. Ils mettent l’accent sur la qualité de vie et le développement personnel. Un développement qui ne se fait pas par la carrière ou l’argent, mais plus par la vie familiale ou sociale, la culture, l’ouverture aux autres...Ce genre d’idée séduit plutôt une frange de la population qui a déjà atteint un certain niveau de confort matériel. Ceux qui cherchent un emploi par exemple vont moins être attirés par des partis Verts car leur but reste l’amélioration matérielle de leur vie. »

Le cliché écolo = élite semble donc se vérifier de ce côté-là. Grâce à l’éducation surtout. Comme le souligne Mme Close : « Les partis Verts sont issus de mouvements militants des années 60-70. Ils étaient très progressistes et de tous les fronts, libération des mœurs, combat des femmes, droit des homosexuels, droit à l’avortement… Donc à la base même de la création de ces partis, il y a déjà une population éduquée qui s’émancipe de la hiérarchie et des conventions. » 

Écolo de coeur versus écolo de vote

Ça c’est pour la théorie. Qu’en est-il sur le terrain ? Parce que bon, « être écolo » ne se résume pas à voter pour un parti Vert. Il y a aussi celui qui s’engage de manière active, qui est dans une vraie démarche citoyenne. On l’a vu, l’électorat écolo est jeune, relativement féminin, bien éduqué, voire à l’aise financièrement. Quid des activistes ?

Robin Guns est animateur et travailleur permanent de l’association Les Amis de la Terre (Belgique). Pour lui la réalité de terrain est différente : « Le profil se retrouve en terme d’éducation supérieure, mais pas pour le côté financier. On est plutôt dans une classe moyenne. On compte aussi plus d’hommes que de femmes. Mais c’est surtout la tranche d’âge qui change. Nous sommes une vieille association, ça fait 40 ans qu’on existe, donc on a beaucoup de volontaires âgés de 50-60 ans. On essaye d’attirer plus de jeunes afin qu’ils s’impliquent réellement, mais l’évolution est lente. Le constat est le même dans d’autres associations avec lesquelles on travaille. Elles aussi essayent de rajeunir leurs rangs, mais elles rencontrent les mêmes difficultés que nous. » 

Il semble donc qu’il y ait un décalage entre ce qu’on pourrait appeler « les écolos de vote » et « les écolos de cœur ». Ces jeunes gens bien éduqués sont peut-être conscients de l’urgence écologique et plus actifs que d’autres dans des mouvements de protestations. « C’est une attitude qu’on retrouve beaucoup plus dans l’électorat vert que dans d’autres partis », précise Mme Close. Mais l’engagement ne va pas forcément jusqu’au point de s’impliquer au quotidien dans des associations. 

Au final, comme précisé plus haut, il est impossible de tirer une conclusion définitive. Si on s’en tient à l’électorat des Verts, oui on pourrait dire que l’écologie est une affaire d’élite, au moins intellectuelle. Mais si on prend en compte l’implication sur le terrain, les choses sont différentes. Le profil de « l’élite verte » se retrouve moins dans des activités concrètes de sensibilisation.