Société

Erlend Knudsen : de l'Arctique à la COP21, en courant 

Article publié le 4 novembre 2015
Article publié le 4 novembre 2015

En décembre, des centaines de scientifiques du climat, d'activistes et d'universitaires se rendront à Paris pour la conférence sur le climat, la COP21. Mais seulement une personne s'y rendra en courant depuis le cercle arctique. Rencontre avec Erlend Moster Knudsen, l'un des deux incroyables aventuriers qui veut sensibiliser aux problèmes climatiques dans le cadre de l'initiative Pole to Paris.

Certains ont dit que la lutte contre les changements climatiques n'était pas un sprint mais une course de fond. Erlend Moster Knudsen a pris l'idée au sens premier. Cet étudiant est co-directeur du projet Pole to Paris, dont le but est de sensibiliser la recherche scientifique aux problèmes climatiques en réalisant deux incroyables aventures. Pour Erlend, cela signifie parcourir en courant la distance entre l'Arctique et Paris avant la COP21.

L'idée de ce défi colossal est née après sa rencontre avec Daniel Price à l'université d'été sur l'archipel norvégien de Svalbard. Erlend était à mi-chemin d'un doctorat sur la banquise de l'Arctique, alors que Daniel étudiait le même phénomène dans l'Antarctique. « Nous étions tous les deux d'accord sur le fait que nous passions beaucoup trop de temps à rédiger des rapports qui seraient lus uniquement par d'autres universitaires », nous explique Erlend. « Les plus grands changements viendront du grand public. Les gens aiment ces aventures, c'est une façon géniale de les impliquer. »

Erlend a déjà couru sur toute la longueur sa Norvège natale, soit 1900 kms en 72 jours. Bien que le pays possède l'un des plus beaux environnements naturels d'Europe, ce sont les gens qu'il a rencontrés pendant son voyage qui lui ont fait la plus grande impression : « Beaucoup de personnes m'ont aidé d'une manière ou d'une autre, m'offrant un lit pour passer la nuit, une douche chaude, ou juste un mot gentil sur mon chemin ».

Ces encouragements ont été essentiels dans la motivation du coureur pour continuer : « Ce défi comporte un côté physique, mais le côté mental est encore plus dur. Le soutien de toutes ces personnes m'aide à continuer, même quand mes jambes sont dans un état abominable, ou quand une tempête se prépare ! C'est dans ces moments que je réalise que je ne fais pas cela pour moi, mais pour une cause beaucoup plus importante ».

La passion d'Erlend pour les problèmes environnementaux a débuté dès son plus jeune âge, grâce à des randonnées enthousiastes avec son père : « Mon père m'amenait toujours en randonnée. J'ai appris à aimer la nature et à apprécier à en faire partie. Mais quand je retourne aujourd'hui dans ces endroits, je réalise combien la nature change, et combien nos actes la rendent vulnérable. C'est un peu triste. J'aimerais que mes enfants goûtent les mêmes expériences que les miennes ».

Erlend fait actuellement une pause dans sa course pour animer des débats dans différentes universités et des conférences, pendant que des bénévoles assurent la course au Royaume-Uni. Il rejoindra l'équipe de relais à Cambridge pour poursuivre le défi, avant de prendre le train de Londres à Bruxelles, et de courir l'étape finale jusqu'à Paris.

Paris étant la destination finale, Erlend est-il suffisamment confiant dans le résultat des futurs débats ? « Je pense que nous obtiendrons un accord, prédit-il. Mais je ne pense pas qu'il sera assez fort… c'est la raison pour laquelle nous avons besoin de plus de personnes pour parler de ces problèmes. »

« Le changement est possible. Les politiciens font attention aux actions de la jeunesse, parce qu'ils savent qu'elle représente la nouvelle génération. Si je peux donner un conseil à ceux qui veulent s'impliquer, c'est de s'engager dans quelque chose, et de croire en soi. C'est incroyable comme nous pouvons aller loin, si nous décidons très fort d'y aller. »

Vous pouvez suivre l'incroyable voyage d'Erlend sur le site Pole to Paris, ou via le hashtag #NorthenRun. Pendant ce temps, le directeur du projet Daniel Price  se rend à la conférence en vélo depuis l'Antarctique. Nous le retrouverons dans un prochain article.

_

_

Cet article fait partie d'un projet intitulé #21faces qui propose de faire le portrait de 21 jeunes écolos innovants à travers l'Europe en amont de la COP21, la grande conférence mondiale sur le climat organisée à Paris.