Société

En Pologne, une charité dépravée ?

Article publié le 23 décembre 2008
Article publié le 23 décembre 2008
A la période de Noël, les Polonais se préparent pour le Grand orchestre de charité. Un téléthon très rock’n’roll qui relance chaque année, en même temps que les dons en faveur des enfants malades, les attaques de la communauté catholique.

Pantalon rouge et tee-shirt jaune, Jerzy Owsiak, l’organisateur controversé du Grand orchestre de charité de Noël (le « Wielka Orkiestra świątecznej Pomocy » ou WOSP), accueille le public et le bombarde d’informations sur les fonds collectés, leur utilisation dans le passé - il explique à quoi sera destiné l’argent de ce grand festival. Comme chaque deuxième dimanche de janvier, l’Orchestre commence à jouer. 

Tout le monde peut aider a Orkiestra | (kwazar/flickr)Assis devant leur télé, les spectateurs voient s’afficher le montant des dons, entre plusieurs tranches du concert et les interventions des volontaires du festival. Et ce n’est pas fini. A peine sortis de chez eux, des groupes de bénévoles vêtus des vestes aux couleurs de la manifestation se jetteront littéralement sur eux. Pendant ces quelques jours, c’est vraiment difficile de les éviter. Et même si on s’en tire une fois, on finit toujours par retomber sur un autre groupe au prochain carrefour. Le laissez-passer du jour frappé d’un petit cœur rouge s’obtient après s’être délesté de quelques Zlotys. Sans lui, sous peine de se voir sans cesse assailli par d’autres meutes de bénévoles ou bien de passer auprès des passants pour un avare ou une personne sans cœur, pas question de continuer tranquillement sa promenade en ville comme si de rien n’était ! 

Bénévolat et solidarité, Zloty par Zloty

Cette grande finale du festival ne représente pas seulement un moyen d’exercer une pression sociale, c’est aussi l’opportunité de faire des rencontres, de retrouver ses amis et de se divertir en regardant des spectacles. Et cela ne concerne pas uniquement les grandes villes. Les manifestations se déroulent avec la même fébrilité dans de petites localités où le festival représente avec le passage à l’année nouvelle, une possibilité supplémentaire de se changer les idées en liant connaissance avec ses concitoyens à l’extérieur de chez soi. 

(marcin.biodrowski/flickr)De cette façon, le grand orchestre crée un vif sentiment communautaire : on collecte tous ensemble l’argent destiné aux enfants en difficulté. Grâce à ce petit Zloty de joie et d’amour brillant pour eux comme une petite lueur d’espoir, un vrai feu d’artifice finit par embraser le ciel. Un tel sentiment de solidarité connait en Pologne un grand retentissement. Environ 120 000 volontaires sont chargés de récolter les fonds et chaque année les résultats sont de plus en plus satisfaisants.

Durant la seizième manifestation de cet WOSP, les sommes engrangées à l’intention des enfants atteints de maladies otorhinolaryngologiques ont atteint un record sans précédent. Les Polonais ont cette année offert 13 883 627 dollars et plus de 96 millions de dollars ont été collectés depuis le début du festival.

La jeunesse polonaise catholique, complètement dépravée ?

Grâce à son imagination et à la magie du rock, Jerzy Owsiak a donc su toucher le cœur des Polonais. Cependant, le grand Orchestre de charité de Noël reste la cible de nombreuses critiques. Bien que ce grand Téléthon se passe en toute transparence et honnêteté, la méthode pour y parvenir ne plait pas toujours à ses détracteurs. La Fondation qui présente pourtant des bilans financiers soigneusement mis à jour est devenue un point de mire pour les milieux ultra-catholiques qui lui reprochent avant tout d’utiliser l’argent pour payer les frais logistiques du festival, y compris les honoraires des participants qui devraient, selon eux, travailler gratuitement à cette occasion. On sait maintenant qu’au moins deux millions de Zlotys ont été alloués à l’organisation pour les deux derniers festivals.

D’autre part, les médias s’inquiètent de l’accroissement du nombre de volontaires. Après chaque festival, des articles dans la presse relatent quantité d’incidents divers ou de vols et dénoncent les dérives occasionnées par l’abus d’alcool. Il est également reproché aux organisateurs de s’octroyer un petit pourcentage de la somme amassée, pour financer un festival de rock qu’on appelle « Station Woodstock » monté après le grand Téléthon, en guise de remerciement à l’attention des volontaires et autres bénévoles.

Les médias catholiques n’hésitent à prétendre que ces concerts offrent la possibilité à beaucoup de jeunes de faire pour la première fois de leur vie, usage de la drogue. De plus, ils se lamentent de la présence de certaines sectes qui profiteraient de l’occasion pour recruter de nouveaux adeptes. Jerzy Owsiak, lui-même, est pointé directement du doigt et pas seulement par l’extrême droite catholique. On lui reproche de ne pas être une personne à l’autorité morale incontestée, d’être un peu taré et d’avoir simulé une schizophrénie pour ne pas accomplir son service militaire. 

Jerzy Owsiak ignore les attaques

Son slogan, « faites ce que vous voulez », fait grincer bien des dents. Comme le déclare l’eurodéputé Wojcieh Wierzejski, l’un des fondateurs de la Ligue de droite des familles polonaises (LPR), « cela n’aide pas les jeunes à grandir dans le respect moral et représente un danger pour leur sécurité en bafouant les principes d’éducation mettant en avant l’esprit d’abnégation, de sacrifice et de responsabilité. » Selon le mouvement national-catholique qui ne fait pas dans la dentelle, Jerzy Owsiak ne serait rien de moins qu’un saboteur, un athéiste doublé d’un escroc et, qui plus est, suppôt d’Hare Krishna agissant comme un agent corrupteur de la jeunesse polonaise en vrai dispensateur colérique de diverses substances narcotiques. Et enfin, cerise sur le gâteau, un expert en anarchie et en dépravation…

« Ces attaques sont des électrochocs bénéfiques qui ne peuvent qu’obliger les gens à penser par eux-mêmes »

Pour sa part, Jerzy Owsiak supporte les accusations avec un certain stoïcisme. Dans une interview, il prête le flanc en répondant « qu’il serait absurde de se prendre la tête en prêtant intérêt à des allégations aussi absurdes. Nous prenons ça avec une bonne dose d’humour en continuant à nous répéter qu’il faut continuer à travailler dans la même ambiance et que ces attaques sont, après tout, des électrochocs bénéfiques qui ne peuvent qu’obliger les gens à penser par eux-mêmes. Il est évident que nous serions heureux si les arguments de l’opposition étaient plus consistants pour que nous puissions en débattre. J’envie la Reine d’Angleterre qui est librement critiquée par les Monthy Python, mais je suppose que si ces attaques venaient de Radio Maryja, la gracieuse Souveraine en perdrait probablement son légendaire flegme britannique. Malgré tout, nous résistons ! » 

Une chose est sûre. Rien n’arrêtera le grand orchestre de jouer et comme le clame Jerzy, « s’il le faut jusqu'à là la fin des temps et même plus longtemps encore ! » On s’active déjà pour le 17e festival qui se déroulera le 11 janvier 2009. Les préparations battent leur plein et l’argent cette année sera consacré au dépistage précoce du cancer… chez l’enfant.