Société

En piste partisans!

Article publié le 12 novembre 2008
Article publié le 12 novembre 2008
Party, parti, partie ou comment les Européens s’amusent avec la racine latine « pars ».

Faire une « party » tout seul, c’est à peu près comme essayer de se mettre au centre d’un demi-cercle. C’est la raison pour laquelle divers participants à l’humeur joyeuse se réunissent pour former un tout, en cette saison hivernale où les occasions d’organiser une « surprise party » ne manquent pas. Avec le petit mot « pars » (« part », en latin) et ses descendants, un peu partout en Europe, on retrouve les mêmes têtes. Même si une partie du groupe prend congé pour se rendre à une partie de campagne, ils restent de la partie, ces partisans du plaisir.

En Espagnol, « tomar partido »©Pedro signifie « participer » et en Angleterre, quelqu’un qui déteint sur les autres avec sa mauvaise humeur ou ne veut pas être de la partie est un « party pooper »©Nabeelah (littéralement un « péteur de party » ou rabat-joie en français). Mais les « Partylöwen »©Katha allemands (mot à mot « les lions de la fête ») ou « party animals »©Nabeelah en Angleterre ne se laissent pas gâcher le plaisir pour autant.

L’objet de leur désir, on le connaît bien dans toute l’Europe. Que ce soit un « bon parti »©Julie en France ou « jest dobrą partią » en Pologne, l’idée est toujours celle d’une bonne part de fortune. Ainsi, en Espagne, les fans de sport préfèrent une « partido de fútbol »©Pedro(« partie de foot ») et les amateurs de culture feuillètent des partitions… Plus rarement, on en vient à faire une partie d’échecs (en polonais, « partia szachów »). Tout comme le sont toutes les rumeurs, il serait partial d’affirmer qu’ils ne connaissent qu’un programme de parti, celui du parti italien Partito dell’Amore (« le parti de l’amour »©Francesca), créé par la star du porno Ilona Staller.

Et si tout a échoué ? Pour une sortie tout en style, le partisan pourra toujours se reporter à Shakespeare : « If we do meet again, we'll smile indeed ; If not, 'tis true this parting was well made. » (« Si nous nous retrouvons, eh bien, nous sourirons ; sinon, c'est vrai, nous aurons bien fait de prendre congé l'un de l'autre ! »)