Société

Devenir athée? Renoncez à votre religion en ligne

Article publié le 11 août 2010
Article publié le 11 août 2010
Internet a transformé nos relations avec les religions organisées; et pourrait même précipiter leur chute. En 2009, le site web irlandais Countmeout.ie a causé une agitation internationale en offrant une manière simple et rapide de quitter l’église catholique. Panorama sur la façon dont les musulmans, les chrétiens et les juifs Européens échangent leur foi pour la liberté d’expression.

La technologie moderne est une tradition depuis des millénaires. Alors que les tabous de la communauté veillent encore à ce que la peur et la menace de l’exclusion sociale maintiennent le statut quo de la religion, Internet a permis les apostasies européennes en élaborant un forum mondial pour la liberté d’expression. Avec 56% des Européens, âgés de 15 à 24 ans, qui affirment ne pas croire en Dieu, ce type d’espace numérique pourrait-il sonner le glas des religions organisées en Europe ?

Premier cas: conseil des ex-musulmans de Grande Bretagne

Visages courageux ?« Nous brisons le tabou qui vient en renonçant à l’islam mais aussi en prenant position pour une raison, les droits et les valeurs universels, et la laïcité » a déclaré le conseil des ex-musulmans de Grande Bretagne (CEMB). Marchant sur les pas d’une organisation jumelle en Allemagne, ex-muslims.org affiche fièrement sa devise : « Nous avons renoncé à la religion ! ». Les témoignages des ex-musulmans dans le livre en ligne de l’organisation sont aussi résolus qu’anonymes. Une des membres explique comment le site web lui a donné le courage de finalement abandonner sa foi : « Si vous avez assez de courage pour exposer ce en quoi vous croyez, sur la place publique » a-t-elle écrit, « alors peut être que maintenant, je le peux aussi. » Un autre membre anonyme affirme : « Aux yeux des fondamentalistes vous êtes des infidèles, mais dans le futur, vous serez reconnus comme des héros. Et vous faites bien. » L’apostasie est passible de peine de mort dans beaucoup de pays islamiques, tandis qu’à travers toute l’Europe les ex-musulmans font souvent face aux intimidations de leur propre communauté. Le CEMB ne va cependant pas se laisser impressionner. « J’ai reçu beaucoup de mail intéressants des islamistes », a révélé l’ex-musulmane Maryam Namazie. « Selon l’un d’eux, il ne nous est pas possible de quitter l’islam. Je lui réponds donc: Observez nous. »

Second cas : la catastrophe catholique, l’impôt luthérien

Durant cette décennie, une explosion d’allégation de violences physiques et sexuelles au sein de l’église catholique a déclenché un effet domino de désaffection à travers le monde. La mesure de dissimulation colossale du Vatican en est arrivée au Pape lui-même. 11 000Irlandais ont déjà utilisé le site web CountMeOut.ie pour quitter officiellement l’église catholique. Des sites semblables on vu le jour en Pologne et en Italie, bien qu’un mouvement espagnole similaire semble avoir perdu de son dynamisme, via le site web Apostasia, en sommeil depuis 2008. Le catholicisme n’est pas l’unique religion chrétienne en déclin. Les liens entre l'État finlandais et l'Église luthérienne étaient autrefois très forts, souligne Jori Mäntysalo du service en ligne apostat Eroakirkosta.fi (littéralement quittez-l’église.fi). Là-bas, le parlement est ouvert aux masses, et les luthériens (80% de la population) sont soumis à un impôt luthérien, équivalent à 1.3 % de leur revenu. Deux ans après que le site web Eroakirkosta ait été fondé en 2003, il a déjà généré 15 000 abandons publics à l’Eglise. Depuis lors, 160 000 Finlandais ont officiellement quitté la religion d’Etat.

Troisième cas : Juif que cela vous plaise ou non

« Prétendre être un ex-juif ne vous aurait pas sauvé des chambres à gaz » note Josh Kutchinsksy en Avril dernier. « D’autres vous définissent comme juifs que cela vous plaise ou non » conclue-t-il. En référençant le CEMB, l’auteur et mandataire de British humanist association a posé une question plutôt pertinente: « pourquoi n’y a-t-il pas de conseil d’ex-juifs? ». La véritable interrogation résonne à travers le web, éclairant d’une lumière nouvelle une vieille controverse : « peut-on quitter le judaïsme ? si oui, comment? » Quand cette vraie question a été posée sur le site web juif d’information Chabad.org (dont la mission est « d’utiliser la technologie Internet pour unir les juifs du monde entier »), la réponse a été déliée. « Il n’y a rien que vous puissiez faire. Vous êtes aussi juifs que Moïse » fut notamment la réponse de Rabbi Aron Moss. « Être juif n’est pas une croyance, un sentiment, une conviction ou un mode de vie. C’est un état d’être. On peut soit le célébrer soit lutter contre, mais il sera toujours là. » a-t-il ajouté. Kutchinsky est en désaccord avec cela. « Je ressens le besoin de jalonner un nouveau territoire » dit-il. « Beaucoup de ceux qui sont de milieux juifs sont athées. » En effet, tandis que l’ancienne tradition maintient d’un air suffisant qu’il est impossible d’abandonner le judaïsme, une nouvelle communauté mondiale fait écho aux mots de Maryam Namazie. Et clame : « Observez nous !» .

Photo : Une ©Frank Munari/ monsieur haze/ Flickr; Vidéos : Maryam Namazie, CEMBadmins/You Tube; Cout Me Out en Prime Time, Dugges/ You Tube