Société

Crise européenne : les jeunes épousent la dette sans dot

Article publié le 23 juin 2011
Article publié le 23 juin 2011
« Mister Europe, we need to talk  ». Aujourd’hui, quelles illusions reste-t-il encore à la jeunesse européenne à l’heure où elle se voit implicitement proposer le Yalta générationnel suivant : « la dette pour les juniors, le patrimoine pour les seniors » ?

Les jeunes en Europe contemplent aujourd’hui un état-major européen sur le point de léguer aux générations futures une dette publique énorme. Celle-ci ne sera pas réduite par une politique inflationniste, encore moins par des logiques de monétisation et de restructuration.

Des zones urbaines sensibles au cœur même des entreprises, ce sont plusieurs générations d’Européens qui vont se retrouver au front, avec de moins en moins de munitions. De stages non rémunérés en jobs mal payés les jeunes soutiers de nos économies posent maintenant la question de confiance : « Qui va payer pour la dette d’aujourd’hui et les investissements de demain ? » Pourquoi les mêmes jeunes sont-ils créateurs de richesse ailleurs dans le monde et réduits au rôle de remplaçants bon marché sur le vieux continent? Comment gouverner sa propre vie quand on ne peut pas se loger par soi-même ?

« Il faut poser la question de cette génération »

Tout continent ne vit que par sa capacité de création et de renouvellement. La turbulence frappant la zone euro, ne s’explique pas seulement par la légèreté budgétaire d’une génération. Elle révèle surtout un manque total de visibilité sur les dynamiques futures de développement.

A eux seuls, les États-Unis concentrent la quasi-totalité de la révolutionInternet et disposeront bientôt d’une avance considérable en matière de contenu digital. Beaucoup de jeunes talents européens y auront très largement contribué ! De même, champions en matière d’engagement écologique, laisserons-nous le leadership de la révolution verte à d’autres continents plus confiants en leur avenir ?

Au cœur du défi européen, il faut poser la question générationnelle avec ses deux composantes : celle de la solidarité et celle de l’investissement. Un déclic mental s’impose. Et il passe par la mobilisation absolue de l’Europe au service d’un passage de témoin réciproque entre seniors et nouvelles générations. Le temps presse. La jeunesse européenne ne peut s’engager sans moyens dans la bataille du désendettement. Le compteur tourne ! Pourtant les énergies sont là.

Nous voulons une Europe qui, pour sa jeunesse, va chercher les ressources que les Etats nationaux ne peuvent atteindre. Nous voulons une Europe qui prenne enfin la place que nous lui avions assignée. Nous voulons une Europe qui se confronte aux urgences d’aujourd’hui, et qui adapte sa démocratie aux enjeux de demain.

« Mister Europe, we need you !»- Interpellation européenne du collectif www.qui va payer.eu - Coordination : H.Lastenouse hl@ferweb.be.

Signataires :

Fabien Chevalier (Sauvons l’Europe)

Arthur Colin (La Gauche européenne)

Arnaud Coomans (Web Entrepreneur Bruxelles)

Mamadou Coulibali (Generations Engagées)

Diaby Doucoure (OMJA)

Enora Hamon (Confédération étudiante)

Mounia HarKati (élue à Aubervilliers)

Bruno Laforestrie (HipHop Citoyen)

Henri Lastenouse (Europatweets)

Santiago Malter-Terrada (IT Manager Bruxelles)

Cindy Petrieux (Confédération étudiante)

Sandra-Elise Reviriego (Jeunes Radicaux de Gauche)

Edouard Seynaeve (Café Numérique Bruxelles)

Benoit Thieulin (Temps Réels)

Baki Youssoufou (Confédération Etudiante)

Photo : Une, (cc) Genius face/Flickr