Société

Cinéma d'Etat en Russie

Article publié le 14 février 2008
Article publié le 14 février 2008
Il sauve son enfant des flammes et se confie à sa douce épouse... Un portrait de Poutine est brossé dans le film Baiser en coulisse qui sort en DVD à quelques jours des élections présidentielles.

Un pur hasard : le producteur russe Anatolij Woropajew l'affirme. Son équipe de tournage ne veut pas entendre parler d’une quelconque similitude entre le film qu'ils ont réalisé et le Président Poutine. « Je ne pense pas avoir incarné Vladimir Poutine », se défend l'acteur incarnant le premier rôle, lors d’une conférence de presse à Moscou. « Le film évoque la vie de n’importe quel homme politique en Russie. La seule similitude réside dans le fait que le héros parle un allemand courant. »

Mais il porte aussi autour du cou, comme le président, une croix en or au bout d’une chaîne. Un bijou autour duquel toutes sortes d’histoires mystérieuses ont été racontées en Russie. Poutine l'aurait exhumé des cendres de sa datcha, sa maison de campagne, de Saint Petersburg. Quelle coïncidence : dans le film, le chalet du personnage principal prend également feu et le père de famille délivre sa fille des flammes.

L'ancien vice-gouverneur de la région de Tula et Stravopol et le producteur Woropajev ont organisé la première projection de ce film dans une salle d’un hôtel situé en face du Kremlin. Un choix qui a attisé les rumeurs. Pourtant l'équipe clame haut et fort que la référence à Poutine n’est pas le sujet principal du film. Le véritable héros ne serait pas le président mais en fait, son épouse, une charmante femme russe qui assiste son mari et connaît son « champion de Judo » et ses faiblesses sur le bout des doigts. Woropajew plaide le « pur hasard » pour expliquer l'étrange coïncidence : sa romance politique sort en DVD pile deux semaines avant les élections présidentielles. Et le jour même de la Saint-Valentin, comme le fait remarquer le producteur. Selon lui, ni Poutine, ni sa femme n’ont mis leur nez dans son travail.

(Foto: ©DVD LAND & )

Un budget pas très clair

Avant même sa sortie, le film a fait parler de lui à Moscou. Auparavant, le Kremlin avait déjà manifesté sa volonté de promouvoir une fiction héroïque et patriotique. Elle souhaitait aborder en particulier la vie des agents spéciaux des services secrets qui sont justement à la mode en Russie. Woropajev affirme que les financements proviennent essentiellement d’« investisseurs privés » et « ne dépasseraient pas les cinq millions de dollars ». Mais l'origine de cette manne financière ne sera dévoilée en totalité qu'au printemps prochain.

Cette épopée héroïque reflète sans doute le rôle incontournable que continuera à jouer Poutine en politique, même après son éviction de la magistrature suprême. Bien que la Constitution l’empêche de briguer un troisième mandat présidentiel, Poutine a annoncé vouloir devenir chef du gouvernement, sous la présidence de son dauphin, Dimitri Medwedew, qui selon toute vraisemblance devrait sortir vainqueur des élections le 2 mars prochain.

(Foto: ©DVD LAND & )

Le chef du Kremlin a-t-il déjà vu le film ? Woropajev ne saurait le dire. Mais il prévoit déjà de l’inviter, en compagnie d'autres politiciens, à l’avant-première. Déjà, pour la Saint-Valentin, dès le 14 février, le film sera disponible en DVD aux quatre coins de la Russie pour l’équivalent de quatre euros. Une stratégie commerciale de glorifier Poutine dans le pays ?

Pleins de baisers de Russier

L'auteur est membre du réseau de correspondants n-ost