Société

Angela Merkel : le multiculturalisme taclé par la vague Sarrazin

Article publié le 18 octobre 2010
Article publié le 18 octobre 2010
La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré samedi 16 octobre l'échec du modèle de société multiculturelle. Dans le débat sur l'intégration, la presse européenne préconise que sociétés d'accueil et immigrés fassent des efforts respectifs pour que l'extrême-droite ne profite pas de la situation.

Pravda – Slovaquie : L'immigration se débat

La question du vivre ensemble avec les immigrés doit être débattue de toute urgence, estime le quotidien de gauche Pravda dans le cadre du débat allemand sur l'intégration : « Une partie des immigrés sont des travailleurs qualifiés recherchés, les autres constituent un poids pour les systèmes sociaux. Ils apportent tous avec eux des traditions enrichissantes, mais aussi des habitudes qui peuvent susciter la méfiance. Les immigrés sont ainsi un atout comme un problème. … Si les politiques, par peur d'être catalogués comme racistes, ne réagissent pas aux craintes de la société concernant les immigrés, ils rendront alors service aux véritables racistes. … En déclarant que le modèle multiculturel allemand a échoué, Angela Merkel a ouvert un débat que les Slovaques ne devraient pas non plus s'interdire de mener, même s'ils disposent d'une expérience limitée avec les immigrés. » 

(Article publié le 18.10.2010)

The Independent - Royaume-Uni : Les gouvernements aussi peuvent échouer

 A lire aussi : Thilo Sarrazin est-il le Geert Wilders allemand ?

Suite aux déclarations de la chancelière allemande Angela Merkel, selon lesquelles l'approche allemande en matière d'intégration aurait échoué, le quotidien de centre-gauche The Independent observe une tendance européenne : « L'Allemagne se joint désormais à la France, à la Belgique, aux Pays-Bas et - dans une moindre mesure - à la Grande-Bretagne, en remettant en question l'approche multiculturelle suivie par le gouvernement depuis de nombreuses années. Si l'intégration doit désormais occuper le devant de la scène, la bonne volonté devra exister des deux côtés. On ne peut pas seulement demander aux immigrés d'en faire plus. Les gouvernements et les populations locales doivent également faire plus d'efforts. Mais on a besoin pour cela de moyens financiers - pour des cours de langue, une meilleure éducation et des logements décents - et ce à une époque où l'argent se fait rare. »

(Article publié le 18.10.2010)

Trouw - Pays-Bas : Quelles sont les valeurs d’une société ouverte ?

Dans le débat allemand sur l'intégration, il faut discuter en priorité du rôle des valeurs sociales, écrit le quotidien Trouw : « Il n'y a aucune raison de craindre le débat sur l'intégration. Combien d'immigrés voulons-nous accueillir, quelles conditions ceux-ci doivent-ils remplir et existe-t-il des valeurs sur lesquelles on ne peut céder ? Ce sont les questions qui doivent être abordées dans un débat sur l'intégration. Et dans ce débat qui gagne un nombre sans cesse croissant de pays d'Europe, l'Allemagne a quelque chose à apporter. … Il y a quelques années, l'Allemagne avait déjà lancé un débat sur la 'culture dominante'. … Il touchait peut-être même au cœur du problème : sous l'influence de l'immigration, est-il possible qu'apparaisse une société disposant de valeurs complètement nouvelles ? Ou existe-t-il des valeurs inaliénables qui prévalent pour tous ceux qui veulent habiter dans un pays ? L'immigration suscite des incertitudes, il est donc judicieux d'en parler. »

(Article publié le 18.10.2010)

Dziennik Gazeta Prawna – Pologne : La brutalité, ça marche

Malgré la durété du modèle d'intégration américain, celui-ci fonctionne mieux qu'en Allemagne, estime le quotidien Dziennik Gazeta Prawna qui dresse une comparaison entre les deux pays : « Dans les écoles, on enseigne aux Allemands la vie d'Otton 1er de Saxe, mais cela n'intéresse pas les élèves, car ils ne le considèrent pas comme leur ancêtre. Aux Etats-Unis, le traitement que les services sociaux publics réservent aux immigrés est très mauvais, alors qu'il est en revanche très bon en Allemagne. L'éducation n'est pas exceptionnelle en Amérique. Et pour couronner le tout, les nombreuses universités sont payantes. L'intégration est brutale aux Etats-Unis,clémente en Allemagne. Et pourtant, au final le modèle américain marche mieux que le modèle allemand. »

(Article publié le 18.10.2010)

 Photo: (cc)Goetz Kluge/ Bonnetmaker/ flickr