Société

29 avril : anti-monarchistes vs royalistes hystériques en Angleterre

Article publié le 27 avril 2011
Article publié le 27 avril 2011
Ces derniers temps, en tant qu’Anglaise vivant en Allemagne, beaucoup de personnes surexcitées m’ont posé des questions au sujet du mariage princier britannique à venir. Elles ont été surprises souvent, voire même déçues, de découvrir que non, je ne regarderai pas le mariage. Au contraire, je vais sans doute inviter des amis pour une soirée « évitons le mariage princier ».

Donc, que feront la plupart des gens en Europe le 29 avril prochain ? Certains regarderons le mariage princier depuis leur canapé accompagnés d’une tasse de thé, d’autres feront peut-être même le déplacement jusqu’à Londres pour apercevoir la mariée et vérifier que sa robe est bien à la hauteur des contributions du peuple, d’autres encore exprimeront leur indifférence en se rendant dans un pub, et certains militeront pour se débarrasser de la monarchie une bonne fois pour toutes.

Les privilèges n'ont pas été abolis

Ce dernier mouvement anti-monarchique n’est pas aussi marginal qu'il n’y paraît. En effet, alors que des études récentes ont montré que seulement 18% (selon Ipsos Mori) de la population britannique est pour l’abolition de la monarchie, sur ces quatre derniers mois, Republic, le principal lobby britannique opposé à la monarchie  a vu ses effectifs doubler. Parmi ses soutiens, on retrouve de nombreux députés, des juges, des réalisateurs aussi réputés que Mike Leigh et Ken Loach. Ainsi, le mariage royal pourrait bien voir apparaître plus de militants contre la politique anglaise que de simple apathiques.

Zhou Minwang a eu l'idée de reproduire la bague de fiancaille de Diana, que William a donné à Kate. Une réplique produite par sa bijouterie MingWang à Yiwu, Zhejiang, en Chine

Mais quel est le rapport entre le mariage et la politique anglaise ? Voilà le type de questions que pose le clan des « je m’en foutistes » (lorsqu’on les interroge sur la monarchie). Ces « je m’en foutistes » – ceux qui seront au pub le 29 avril – répondent souvent quelque chose du style : « Bah, j’en ai rien à cirer de la famille royale, mais ils ne font de mal à personne ». Or, cette monarchie représente - entre autres – l’héritage politique d’un pays qui se prétend être la plus ancienne démocratie au monde, bien qu’elle continue à accorder du pouvoir à ceux issus de certaines familles. On pense par là non seulement aux membres de la famille royale qui obtiennent certains postes clés – comme le prince Andrew qui se voit attribuer le rôle de représentant spécial de la Grande-Bretagne pour le commerce international – mais aussi à l’omniprésence de pairs héréditaires à la Chambre des Lords, chambre haute du parlement du Royaume-Uni. Ce ne sont d’ailleurs que quelques exemples parmi tant d’autres, mais dans tous les cas, il est toujours question d’aristocrates qui continuent de jouir d’un véritable pouvoir, qu’ils ont remporté soit par voie héréditaire soit par accumulation de richesses. Dès lors, en tant que symbole par excellence d’un monde où droits héréditaires et pouvoir vont toujours de pair, la monarchie constitue encore une barrière de taille aux politiques progressistes.

Une Europe sans monarchie

Regent street à LondresGrâce à ces arguments, la fête de rue « Not the royal wedding » organisée le 29 avril par Republic pourrait réunir autant de nouveaux adhérents que de « je m’en foutistes » qui se sont tirés du Pub pour venir manifester. Les Britanniques ne se sentiront d’ailleurs pas seuls : le 30 avril, l'Alliance des Mouvements Européens Républicains Support se réunira à Londres pour lancer son projet d’une Europe sans monarchie. Un évènement européen auquel se joindront des républicains venus de Belgique, Hollande, Espagne ou encore de Suède. En somme, ce mariage a beau coûter des millions de livres aux contribuables anglais, si il voit s’élever une plus grande partie de la population contre cette hystérie et pousse les citoyens à s’interroger sur le sens d’une monarchie au sein de l’Europe d’aujourd’hui, cela aura valu chaque centime dépensé.

Photos : Une : (cc) garryknight; La bague du mariage royal : (cc) Remko Tanis/lisez son blog Life From China; Guirlandes : (cc) y DG JonesDavid Jones et son profil google/toutes avec la courtoisie de Flickr