Quickies

Bruxelles : tester sa drogue avant d'aller en boite

Article publié le 19 février 2014
Article publié le 19 février 2014

Parce que l'info va vite, très vite, cafébabel prend de la vitesse et vous rend les nouvelles du monde dans ce qu'il a de plus simple et de plus fou, aussi. Nos quickies du jour.

Une femme à barbe, symbole d'un nouveau féminisme

Har­naam Kaur pour­rait de­ve­nir le sym­bole d'un nou­veau mou­ve­ment fé­mi­niste. Cette an­glaise de 23 ans est at­teinte du syn­drome de Stein-Le­ven­thal, une ma­la­die d'ori­gine hor­mo­nale. Après avoir passé son en­fance à es­sayer de ca­cher ses poils du vi­sage et après avoir été la cible de toutes les mo­que­ries, elle a dé­cidé de dé­fier les règles de la so­ciété et de lais­ser pous­ser sa barbe. « C'est comme cela que Dieu m'a faite et je suis heu­reuse comme je suis », a-t-elle dé­claré. 

La drogue tes­tée avant d'en­trer en boîte

À Bruxelles, pas de ta­bous. Dans le quar­tier très noc­turne de Saint-Géry, il est pos­sible de faire ana­ly­ser sa drogue avant de re­joindre la soi­rée DJ. Une ini­tia­tive de l'as­so­cia­tion Modus Fiesta, dont les in­ten­tions ne sont pas « d'ar­rê­ter la consom­ma­tion de drogues, mais d'évi­ter qu'elle tourne à la ca­tas­trophe ».