Politique

Vidéos : quand les politiciens font des blagues

Article publié le 17 novembre 2008
Article publié le 17 novembre 2008
Derrière leurs sourires arrogants ou diplomatiques, se glissent la bêtise la plus banale et les bourdes les plus grosses. Voici un autre point de vue des hommes politiques. Le pouvoir enfin humain.

Brown et la crise

Au début du mois d’octobre, alors que la crise financière pointe le bout de son nez, Gordon Brown donne une conférence de presse pour exposer son opinion à ce sujet. Tout d’un coup, le portable d’un journaliste interrompt son discours. Le premier ministre britannique, faisant preuve d’un humour so british, ironise : « Est-ce encore une banque qui fait faillite ? »

Boris Jonson, l’imprévisible maire

Le tout nouveau et atypique maire de Londres est la preuve que l’on peut triompher en politique malgré maintes gaffes et excentricités. Avant son élection, il était déjà un référent comique de la toile. Pour exemple, ce meeting en vidéoconférence avec le gouverneur de la Californie, Arnold Schwarzenegger, remarque franchement : « Il part dans tous les sens, on ne comprend rien. » Et si c’est Schwarzenegger qui le dit…

Hollande, « le seul défaut de Ségolène Royal »

Janvier 2007, trois mois avant les Présidentielles. Interrogé sur les défauts de Ségolène Royal dans Le Grand Journal de Canal +, Arnaud de Montebourg répond tranquillement que François Hollande est « son seul défaut ». Pour les incrédules, rappelons que de Montebourg fait parti du Parti Socialiste français dirigé par…François Hollande.

Les solutions de Berlusconi

Plus besoin de présenter Silvio Berlusconi. Cette fois, le premier ministre italien expose ses réflexions sur l’actuelle crise économique. Répondant à une jeune fille qui lui demande ses conseils pour affronter la difficile conjecture, Il Cavaliere choisit une option originale et non exempte de polémique: se marier avec un millionnaire. Simple et efficace.

L’exemple américain

Les hommes politiques américains ne sont pas étrangers à ces blagues « involontaires » mais ils arborent aussi un sens de l’humour institutionnel étrangement absent dans le Vieux Continent. Outre le traditionnel « dîner des correspondants » de la Maison Blanche, on a pu voir ces derniers jours deux hilarants discours auto parodiques lors d’un dîner de bienfaisance. Quelques jours seulement après le dernier face-à-face télévisé. Pourrait-on imaginer un seul homme politique européen capable d’une telle ironie salutaire deux semaines avant les élections ?

Cette vidéo est également visible et sous-titrée : ici.