Politique

Un « mosquito » à écraser

Article publié le 13 juin 2008
Article publié le 13 juin 2008
Ce « boîtier anti-jeune » émet des ultrasons pour disperser des adolescents aux comportements « antisociaux »… L’objet se vend déjà comme des petits pains en Angleterre et fait grincer des dents en Europe.

Si vous avez plus de 25 ans, vous ne l'entendrez pas. A l'origine, ce dispositif était utilisé pour éloigner les parasites. Depuis janvier 2006, ce « boîtier anti-jeunes » qu’on appelle « mosquito » (ou « Beethoven » en France) est utilisé à l’encontre des jeunes britanniques. Il émet une fréquence de 16 000 hertz et un bourdonnement de moustique insupportable qui a l’avantage de faire se disperser de jeunes oreilles seulement. Avec plus de 5 000 boitiers de ce genre déjà vendus et 3 500 gadgets à ultrasons commercialisés dans la plupart des magasins du Royaume-Uni, le phénomène gagne aujourd'hui la France, la Belgique, l'Allemagne et la Suisse.

Boîtier anti-jeunes, nocif pour vos droits !

(Photo:El Inglés/flickr)Pourtant, le dispositif « mosquito » va à l'encontre d’un bon nombre de droits fondamentaux, protégés par des instances internationales. A titre d’exemple, on peut citer le droit au respect de la vie privée (article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme), l’interdiction de la discrimination (article 14), le droit à la vie et l’interdiction de la torture (article 2 et 3), la liberté de rencontre et d'association (article 11), la liberté de mouvement (article 2, protocole 4) ou encore le droit de jouir du meilleur état possible de santé physique et mentale (article 12 du rapport international sur les droits économiques, sociaux et culturels).

Dans le cadre du Conseil éducation, jeunesse et culture de l'Union européenne tenu le 20 mai dernier à Bruxelles, Sir Al Aynsley-Green qui est commissaire britannique aux droits de l'enfance et directeur de la campagne Buzz off, a réclamé au gouvernement britannique d'interdire l'usage du dispositif « anti-jeunes » : « Nous véhiculons l'image d'une société qui ne respecte pas les droits de ses propres enfants et de sa jeunesse. Il faut que cela cesse. »

« Je souhaite que ce dispositif soit purement et simplement interdit quelle que soit la forme juridique que cela prenne », a également annoncé Roselyne Bachelot, la Ministre française de la santé, le 9 avril dans le Figaro. Sur le long terme, ces sons très aigus pourraient avoir des répercussions très néfastes sur l'ouïe, ajoute un groupe d’eurodéputés rassemblés contre ce système, sous la houlette du Hollandais Jan Marinus Wiersma, vice-président du parti socialiste. Dans une résolution écrite et datée du 13 mai, ils demandent à l'UE d'interdire la vente et l'usage de ce fameux boîtier. Si la moitié des 732 députés du Parlement européen signe cette déclaration, l’Institution devra officiellement s'exécuter.

Anti-jeunes attitude

(Gerlad Yuvallos/flickr)Tout est question de perception. Ce « mosquito » projette une image négative de la jeunesse qui devrait systématiquement être considérée comme potentiellement dangereuse. Pourtant, aucune société n’est censée interdire l’usage de lieux publics à un groupe social, quel qu’il soit. Le parti communiste et socialiste français ont également demandé au gouvernement français d'interdire la ventes du boîtier car ceux-ci ne font que conforter les gens dans l'idée que les jeunes représentent une menace.

Dans le Nouvel Observateur du 2 avril, la Ministre française au logement, Christine Boutin, déplore que la société stigmatise et exclut les jeunes à ce point. La priorité est d'assurer une bonne qualité de vie pour tous et de ne pas prendre de mesures douteuses sans consultation publique. Les citoyens devraient pouvoir, en somme, réguler la vie publique et être en mesure d'exprimer un vote sanction à travers la voix de leur gouvernement. Les jeunes eux-mêmes devraient être en mesure d'apporter leurs solutions pour régler les problèmes de comportements « antisociaux » en question.

L’Europe et Beethoven

Les 27 pays membres de l'Union européenne s’interrogent pour répondre correctement aux problèmes éthiques que pose le « mosquito ». Alors que le Royaume-Uni semble ouvert au dispositif, la France, la Belgique et les Pays-Bas se montrent très critiques et aimeraient pouvoir réguler la commercialisation de l’engin. Ainsi de nombreuses associations de jeunes, des ONG et des hommes politiques, ont lancé des campagnes pour interdire ni plus ni moins cette méthode en Europe. Le Conseil de l'UE et la Commission européenne devraient intervenir rapidement avant que son usage ne se propage à travers tous le continent.

Bettina Schwarzmayr est la Présidente du Forum Européen de la Jeunesse, une plate-forme de 97 Conseils Nationaux de Jeunesse et d'ONG internationales de jeunesse, qui représente et défend les intérêts des jeunes à travers l'Union européenne, le Conseil de l'Europe et l'ONU.