Politique

UE-Turquie : et si un timbre Charlemagne-Atatürk nous réunissait ?

Article publié le 1 mars 2011
Article publié le 1 mars 2011
Il est établi que tout nouveau membre mettra en place l'euro et en acceptera les symboles comme les siens propres. La Turquie devra accepter cela, tout comme l'ont fait par le passé et le feront à l'avenir les autres Etats membres...
Mais alors que les symboles européens actuels se concentrent sur l'héritage grec et chrétien, voici à quoi pourraient ressembler les symboles d'une Union européenne élargie à la Turquie.

Si on s'arrête sur les symboles actuels de l'Union européenne, on ne trouve aucune trace des identités nationales de ses 27 membres existants. Ils reposent sur les symboles gréco-romains, lesquels se sont amalgamés au christianisme et en sont une reproduction. Le couronnement de Charlemagne, roi des Francs couronné Empereur romain par le pape Léon III en l'an 800, a fusionné ces trois thèmes en un seul. Ils restaurèrent à Rome l'Empire romain d'Orient de Byzance (l'Empire byzantin), en établissant le Saint Empire romain en 962. Les penseurs et les artistes de la Renaissance ont fait revivre ces symboles et ces mythes gréco-romains pour étayer leurs œuvres. L'économiste égyptien Samir Amin écrit que l'ajout de l'hellénisme était nécessaire à la création et au maintien de cette nouvelle identité européenne. Ce changement subtil mais plus qu'évident a placé la Grèce et ses symboles culturels au centre de tout le savoir européen ou occidental, lequel a adopté les symboles classiques et culturels grecs comme les siens propres.

L'Europe hellénique... et les autres ?  

...et le nom de Charlemagne est parmi les premiers résultatsLe symbole de la culture de l'Union européenne consiste en deux lignes verticales surmontées d'une autre ligne qui s'incurve à ses deux extrémités. Le dessin qui symbolise une colonne dorique représentant la culture, le savoir et l'éducation fut plus tard adopté comme logo par l'Unesco (Organisation des Nations Unis pour l'éducation, les sciences et la culture). Cette colonne dorique représente-t-elle aussi la culture scandinave de l'Europe, son héritage arabo-islamique ou ses différentes alliances avec des empires musulmans tels que l'Empire ottoman ? Les symboles officiels et non-officiels de l'Union européenne relient les Etats membres au travers de leur foi chrétienne (sans spécifier ses diverses dénominations), mais ne tiennent pas compte des autres enfants d'Abraham. De plus, ces symboles de l'Union européenne omettent les couleurs des drapeaux, les héros, les mythes culturels, les symboles ou les langues des nations.

Charlemagne et Atatürk en timbre-poste

Envisageable dans un futur proche ou loitain ?Charlemagne est considéré comme étant le Père de l'Europe et donc de l'Union européenne. Partout, des bâtiments et des salles portent son nom. Tapez dans Google les mots « Père de l'Europe » et le premier en tête de liste se trouve être Charlemagne. Mais son devoir de père s'étend-il à ses enfants turcs ? L'intégration de la Turquie dans l'Union européenne ressemblerait à quelque chose comme une statue de Mustafa Kemal, dit Atatürk (Père de la Turquie moderne) vêtu d'un costume-cravate occidental bien ajusté, se dressant à l'extérieur du bâtiment du Conseil des ministres ou bâtiment Charlemagne. Ces deux images du Père pourraient visuellement être unies dans leur but commun tout autant que dans leur diversité. Si les timbres postaux commémoratifs de l'Union européenne prenait l'identité nationale de la Turquie, Atatürk serait aux côtés de Charlemagne, avec douze étoiles jaunes encerclant son image et au-dessus de sa tête serait inscrite la formule « EU- Türkiye Cumhuriyeti » (« Union européenne-République de Turquie »). Réciproquement et en gardant à l'esprit qu'il faut être « unis dans la diversité » (comme le dit la devise de l'Union européenne), la Turquie adopterait Charlemagne en vêtements de cérémonie, coiffé de sa couronne franque, sertie par les mêmes douze étoiles avec gravés les mots Türkiye Cumhuriyeti-EU.

Adhésion de la Turquie et mythologie

Les images des héros nationaux sont réservées au côté face des pièces en euro, une monnaie qui fut introduite en 2002 et est à présent utilisée par 17 des 27 Etats membres. Le nom « euro » est écrit avec la lettre grecque « epsilon» . La géographe finlandaise Pauliina Raento fait remarquer que l'epsilon unit le nom d'Europe à la culture hellénique et à la Grèce, berceau de la culture et de la civilisation européenne.

Les portraits de personnalités devraient-ils à nouveau apparaître sur nos billets ?Alors, quelles devraient être les discussions à l'ordre du jour quant à l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne ? Le mythe d'Europe est un autre exemple de ce que signifie être « unis dans la diversité », car il unit deux continents, que ce soit dans le passé ou les temps modernes. Selon Homère, Europe naquit dans l'Est de l'Asie mineure, c'est-à-dire en Anatolie dans la Turquie d'aujourd'hui. Après qu'Europe eut été enlevée par Zeus qui avait pris la forme d'un taureau blanc, elle passa son âge mûr avec lui et leur trois fils en Grèce, plus précisément en Crète. Après sa mort, Europe fut considérée comme la mère géographique d'un continent. Pour boucler la boucle, Europe a besoin de reconnaître qu'elle a de vieux devoirs maternels envers ses enfants d'Asie mineure. Des symboles comme ceux-ci exaspèreront et perpétueront les malentendus mutuels qui persistent entre la Turquie et l'Union européenne. Peu importe le degré de volonté qu'a chacune d'elle de comprendre l'autre, car sans ajustement de ces symboles, leurs tentatives resteront peu enthousiastes et inefficaces.

Cet article est un résumé du livre deHatice Sitki,Myths, symbols and Branding: Türkish national identity and the EU’ VDM, Dr. Muller Aktiengesellschaft & Co. KG, 2009

Photos : Une (cc) gideon_wright/ Flickr; dans le texte (cc) Hatice Sitki