Politique

Traité de Lisbonne : la polémique continue

Article publié le 23 février 2009
Article publié le 23 février 2009
Le nationaliste ultralibéral Vaclav Klaus affirme que le Parlement européen n'a pas besoin de renforcer ses prérogatives politiques. Dernières nouvelles de Bruxelles.

Le parlement tchèque a ratifié le traité de Lisbonne le 18 février 2009. La majorité des médias et les dirigeants européens s’en est félicité pourtant il s’agit là d’une bien maigre avancée. Car le sénat tchèque doit encore ratifier cette décision alors que la majorité gouvernementale du parti ODS entend bloquer le processus jusqu'à ce que l'accord international qui permet d'installer des missiles américains en Europe soit signé.

Et même dans ce cas, il manquerait encore la signature du président tchèque, opposé au traité, et qui menace depuis des mois de ne pas signer le traité avant que l'Irlande l'ait ratifié à son tour à l'automne 2009. Klaus vient de s'illustrer dans un débat très polémique au Parlement européen, où il a traité l'Union d'arrogante et l'a comparée à un régime totalitaire, un discours qui a été applaudi et appuyé par les eurodéputés ultranationalistes et néo-fascistes britanniques, français et polonais. Le leader des libéraux, Graham Watson, l'a traité à son tour d'arrogant et d'ignorant.