Politique

Serbie : hooligans, homophobes, anti-UE, l'extrême-droite veille

Article publié le 25 octobre 2010
Article publié le 25 octobre 2010
Poubelles en flamme, vitrines saccagées et foule jetant des pierres sur une centaine de policiers : voilà les images qu’offraient la Serbie ces derniers jours dans la presse. Et le gouvernement de Belgrade qui rétorque que la sécurité du pays n’était pas inquiétée. En Serbie, personne ne croit qu’il ne s’agit que d’actes de violence perpétrés par des hooligans.
Les experts y voient un signe potentiel de l’affaiblissement du processus démocratique de la Serbie.

Le bilan effrayant de ces derniers jours a plongé la Serbie dans l’obscurité, si ce n’est l’obscurantisme : les actes de violence massifs perpétrés en marge de la parade pour les droits des homosexuels de la Gay Pride ont engendré à Belgrade plus de 140 blessés et des dommages matériels s’élevant à plusieurs millions d’euros. Deux jours plus tard, la fin du match de qualification de coupe d’Europe opposant, à Gênes, la Serbie et l’Italie devait être sifflée prématurément. La faute à l’arbitre? Non. Aux hooligans serbes, lesquels se retrouvaient à la une de tous les journaux internationaux, cagoule et tatouages inclus.Pendant ce temps, le gouvernement de Belgrade s’efforce de calmer le jeu : la sécurité nationale et la stabilité politique ne seraient pas mises en danger ; la seule force des hooligans ne suffiraient pas à les inquiéter. Malgré tout, des mesures seront prises à l’avenir contre ce type de groupuscule, en commençant par un examen de leur financement par le Conseil de Sécurité sous la direction du chef de l’Etat Boris Tadic pour trouver qui se cache derrière...

Des marionnettes sans fil

Les spéculations des médias qui affirment que le gouvernement Tadic aurait été affaibli par les récents événements ont entraîné la détérioration de l'image d'Ivan Bogdanov, le meneur des échauffourées de Gênes. Il a pourtant laissé entendre que les incidents n’avaient pas de teneur politique. « Nous n'avons pas assez d'information. Nous ignorons même qui d'autre était impliqué dans ces émeutes », a déclaré le ministre de l’Intérieur Ivan Davic, à la radio de Belgrade B92.

Mais des voix critiques se font entendre. « Personne en Serbiene croitqu’il s’agit de manifestations spontanés », avance Prvoslav Plavsik, psychologue à Belgrade. En tout cas, personne n’y croit plus depuis le renversement de Slobodan Milosevic, il y a 10 ans de cela, financé et planifié depuis l’étranger. Les hooligans ne seraient alors que les marionnettes d’une stratégie de relation publique mal orchestrée. « Quel que soit celui qui tient les rennes - que ce soit un puissant lobby, un club de sport ou un autre donneur d’ordres - il est encore impossible de l'identifier », martèle Plasvic. Quelqu’un a cependant sûrement intérêt à affaiblir les institutions du pays et dans le même temps ralentir le développement démocratique du pays.

La jeunesse serbe : agressive ? Non, mais frustrée

La présence tenace des hooligans dans les médias amèneraient selon lui aux mauvaises conclusions : « Les incidents récents ont rendu la plupart des Serbes amers. On n’a fait que pointer du doigt un groupe composé majoritairement de jeunes, indique-t-il. La jeune génération n’est pas agressive mais frustrée », selon le psychologue. Cette affirmation est à mettre à la lumière de la situation sociale et économique complexe du pays. Le renversement politique qui s’est produit 10 ans plut tôt a changé beaucoup de choses en Serbie, mais cela n’a pas eu d’impact pour la jeune génération. « Il y a presque autant de retraités que d’actifs et peu de perspectives d’emplois pour les jeunes », regrette Plavsik.

Le journaliste Slobodan Georgiejv, dont le thème de prédilection est depuis quelques années la violence nationale, affirme que la jeunesse est réceptive avant tout à la Propagande Nationale extrême. « De nombreux jeunes sont frustrés, n’ont jamais été à l’étranger et n’ont aucune idée de ce que peut signifier l’Europe. Il devient alors aisé de les manipuler à l’aide d’idées facilement radicales. »

« Soupe de diverses influences »

« Parmi les groupes ultra-nationalistes les plus connus en Serbie, poursuit-t-il, on compte le Nationalni Stroj, 1389, Obraz et Dveri. Ils réunissent les idées de refus de l’Union Européenne, de refus de l’OTAN et autres influences occidentales qui pourraient "menacer" l’identité serbe. D’autres groupes ultra-nationalistes sembleraient constitués de fans de foot, voire d’étudiants en théologie ultra-conservateurs », avance le journaliste de l’hebdomadaire libéral Vreme.

La ligne politique de ces ultranationalistes ? Opposés à une politique modérée vis-à-vis de l’Europe et du Kosovo, « il reçoivent le soutien du clergé radical et considèrent l’homosexualité comme une maladie », résume Georgjiev.

Pendant les batailles de rue en marge de la Gay Pride du 10 octobre 2010, ils étaient tous soudés présents : hooligans, membres d’organisations criminelles et ultra-nationalistes et religieux ultra-conservateurs. Le ministre de l’Intérieur Dacic les a réunis sous l’appellation « soupe de diverses influences ».

L'auteure de cet article Veronika Wengert est journaliste pour le magazine n-ost

Photos: Internationaler Frauentag (cc)boellstiftung/flickr; Kosovo (cc)peregrinaro/flickr; Video: ©Associated Press/Youtube