Politique

Royaume-Uni : la résistance anti-austérité continue

Article publié le 2 juillet 2015
Article publié le 2 juillet 2015

Samedi 20 jui, 250 000 personnes ont défilé dans les rues de Londres dans le cadre de la manifestation organisée par la People's Assembly Against Austerity, afin de réclamer la fin des politiques d'austérité.

Réunissant des syndicalistes, des membres de partis et des activistes, la manifestation organisée le 20 juin dernier par la People's Assembly Against Austerity - l'Assemblée du peuple contre l'austérité- avait pour but de montrer au Premier ministre, David Cameron, et à son gouvernement conservateur que les mesures d'austérité qu'ils prévoient d'adopter ne passent pas auprès des citoyens qui sont prêts à se mobiliser.

Alors qu'à Londres, les manifestants ont défilé de la Banque d'Angleterre jusqu'à Parliament Square, d'autres s'étaient donné rendez-vous à Liverpool et à Glasgow.

L'un des éléments clés de ce rassemblement a été son vaste attrait, illustré par la variété des publics rencontrés au cours du défilé : les drapeaux du Syndicat national des enseignants (National Union of Teachers, NUT) et Unite the Union, le plus gros syndicat du Royaume-Uni, cotoyaient ainsi ceux de Standing Against Racism and Fascism (une association de lutte anti raciste et anti fachiste), Keeping Our NHS Public (un groupe de campagne qui lutte contre la privatisation du service de santé publique) et de l'Assemblée des étudiants contre l'austérité.

Les syndicalistes Martin Powell-Davies (NUT), Len McCluskey (secrétaire général d'Unite) ou encore Sam Fairbairn, secrétaire national de l'Assemblée du Peuple, ont tous les trois mentionné cette diversité de l'opposition aux mesures d'austérité dans leurs discours.

Du côté des politiques, on pouvait apercevoir les bannières du Green Party et de Left Unity (Unité de gauche). Natalie Bennett, leader du Green Party, faisait elle-même partie des manifestants. 

Des membres du parlement du parti travailliste participaient également à l'instar de Diane Abbott, qui compte représenter le parti travailliste à l'élection pour la mairie de Londres l'an prochain.

À la fin du rassemblement, nombreuses ont été les personnalités à s'adresser à la foule, du comédien/activiste Russell Brand au journaliste Owen Jones, en passant par la chanteuse Charlotte Church et les membres du parlement, Caroline Lucas (Green Party, Brighton Pavillion) et Jeremy Corbyn (Islington North), qui est actuellement en lice pour la tête du parti travailliste avec un programme plutôt à gauche.

La réponse des politiques à cette mobilisation a été plus que sévère, George Osborne et Iain Duncan Smith ont ainsi annoncé qu'ils souhaitaient réduire les dépenses publiques de 12 milliards de livres par an.

Bien que la tribune et l'intérêt des différents groups divergent, leur opposition à l'austérité les rassemble.

Le 8 juillet, date de l'annonce du projet de budget des Tories par George Osborne, chancelier de l'Échiquier, marquera le prochain rendez-vous du mouvement anti-austérité.

Il est encore trop tôt pour savoir ce qu'il adviendra, mais on peut déjà s'attendre à de nombreuses manifestations, compte tenu de l'empressement des Tories à poursuivre sur leur lancée, au mépris de la large opposition de la population (après tout, 76% des électeurs n'ont pas voté pour les Conservateurs, mais le manque de légitimité du système électoral britannique, ça c'est une autre histoire).