Politique

Photos : les réfugiés climatiques de la Nouvelle Orléans à l'Allemagne

Article publié le 28 octobre 2008
Article publié le 28 octobre 2008
Argos, un collectif français de 7 photographes et 4 rédacteurs a publié un livre documentaire sur les réfugiés climatiques, après quatre ans de recherche et de voyage. Quelques clichés en exclusivité.

(Cédric Faimali/ Argos Collective)

New Orleans, Etats-Unis. Ouragan Katrina, paroisse de Saint Bernard, septembre 2005 (Donatien Garnier)

(Guillaume Collanges/ Argos collective)

Himalaya, Népal. Avec ses 35,8 millions de mètres cube d’eau qui menacent de déborder sur la vallée de Khumbu, l’Imja, situé à 5010 mètres d’altitude, est le lac le plus dangereux du Népal (Aude Raux)

(Image: Helene David/ Argos Collective)

Shishmaref, Sarichef island, Alaska. Le réchauffement climatique fait fondre le permafrost sur lequel le village est construit. L’érosion devient telle que les Inuits sont condamnés à déménager leur village d’ici a 15 ans. Koozye Ningeucook est l’un des derniers éleveurs de chiens de Shishmaref. Il tente ainsi de perpétuer l’une des plus anciennes traditions de la communauté. (Guy-Pierre Chomette)

(Image: Eléonore Henry de Frahan/ Argos Collective)

Longbaoshan, Nord de la Chine. « À cause de la sécheresse, rien ne pousse ici. On compte sur le ciel, mais il ne pleut que du sable. » Dehai Li (Aude Raux)

(Image: Cédric Faimali/ Argos Collective)

Tchad. Projet de plantation sur les parties asséchées du lac. Mousa Mahamat, 24 ans, Tchadien de la tribu Kanembu et ancien pêcheur, s'épuise sous un soleil de plomb (+ 45°c) à essayer de niveler la parcelle de terre que l'Etat lui a octroyée, pour en faciliter plus tard l'irrigation. (Aude Raux)

(Image: Hélène DAVID/ Argos Collective)

Les îles Halligen, Mer du Nord, Allemagne. « Il arrive que les Landuntern (inondations imprévisibles et soudaines) nous surprennent. Pire, ils noient quelques vaches ou moutons que nous n’avons pas eu le temps de mettre en lieu sûr. » (Guy-Pierre Chomette)

(Image: Guillame Collanges/ Argos Collective)

Maldives. Construite avec l’aide du Japon au début des années 1990, une digue constituée de milliers de blocs de béton ceinture presque entièrement Malé. Mais si cette technologie est efficace contre l’érosion, elle ne protège pas de la montée des eaux. (Guy-Pierre Chomette)

(Image: Laurent Weyl/ Argos Collective)

Bangladesh.Chaque année, la digue principale destinée à protéger la région des hautes marées est construite un peu plus haut. (Donatien Garnier)

L'ouvrage dont sont tirées ces photos, Réfugiés climatiques (450 pages) - (Editions Infolio), est en vente ici.