Politique

Municipales : le FN jubile

Article publié le 23 mars 2014
Article publié le 23 mars 2014

Les municipales de dimanche ont vu le Front national améliorer nettement son score. Le parti d'extrême droite a réuni cinq pour cent des suffrages au niveau national, et sera présent dans de nombreuses triangulaires au second tour. C'est une gifle cinglante pour le gouvernement, jugent certains commentateurs. D'autres appellent cependant à relativiser le succès de Le Pen dans les petites villes. 

Le Figaro - France

Une cinglante punition pour la majorité

Avant les municipales, les socialistes au pouvoir tablaient sur une forte abstention des électeurs de droite. Un calcul qui ne s'est pas vérifié, écrit le quotidien conservateur Le Figaro, qui voit dans ce scrutin un message clair à l'attention du président Hollande : « Que 36.000 microclimats providentiels protégeraient les socialistes du vent de déception et de colère qui souffle sur le pays. Que les électeurs de la droite, découragés par les 'affaires' et la guerre des chefs, préféreraient rester chez eux. Que la spectaculaire sortie de Nicolas Sarkozy ne servirait à rien. … Tout faux ! Une fois encore, les augures chaussés de lunettes roses se sont lourdement trompés. Non seulement le vote d'hier soir n'échappe pas à cette loi d'airain qui veut que les scrutins intermédiaires soient pour les électeurs l'occasion d'exprimer leur mécontentement, mais il donne à cette sanction toutes les apparences d'une cinglante punition. Pour la majorité, c'est un désaveu clair, net et sans bavure ».

La Liberté - Suisse

Pas de résultat historique pour le FN

Le Front National pourrait visiblement remporter la mairie de plusieurs villes, comme à Perpignan, dans les Pyrénées orientales. Mais ce sont les grandes villes qui priment dans la politique française, explique le journal régional La Liberté : « la 'vague bleu Marine' montre là son efficacité. Le fruit d'une stratégie de long terme. Une conquête patiemment construite, à partir d'une solide implantation locale. ... Seulement voilà, en dehors des périodes d'élections, les Français n'ont d'yeux que pour les belles filles que sont Paris, Marseille, Lyon, Lille ou Bordeaux. Là où les grands fauves du PS ou de l'UMP règnent encore sans partage. Là où les destins nationaux se jouent. Et incontestablement, c'est bien le jour où le FN décrochera l'une de ces métropoles, l'un de ces joyaux de la couronne, que la roue de l'Histoire aura véritablement tourné ».

Corriere della Sera - Italie

Populisme et abstention : un cocktail explosif

Le succès du Front national et l'ampleur de l'abstention ne présagent rien de bon pour les élections européennes, juge le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera : «comme à d'autres moments décisifs de l'histoire récente, c'est au-dessus de la France que s'amassent les nuages qui menacent l'Europe. … C'est un message d'exaspération populiste, de rejet de la politique et de peur de l'Europe, renforcé par une abstention record. Lorsque quatre citoyens sur dix décident de ne pas participer à l'élection de leur propre maire, c'est la preuve que le mal est grave et que la contagion, qui a déjà touché certaines sociétés européennes, pourrait s'étendre à tout le continent. Quelques semaines avant les européennes, il sera difficile - en France et en Europe - de contenir l'impact émotionnel et médiatique des élections municipales françaises».