Politique

Marios Matsakis : présence « honteuse » d'amiante dans le Parlement européen

Article publié le 23 septembre 2008
Article publié le 23 septembre 2008
Cet eurodéputé chypriote, auparavant médecin et actuellement membre de la commission à l'environnement et à la santé, lance un appel à la transparence à tous les eurodéputés concernant les risques pour la santé.

(Photo: European parliament)Dans le bâtiment du Parlement européen à Strasbourg, on trouve du chrysotile, une variété de fibres d'amiante dont l'action cancérigène est bien connue. Cette présence est pour le moins dangereuse et très fâcheuse. Il est honteux que des milliers de personnes circulent en permanence dans cet édifice alors même que les rampes, les escaliers et les bureaux, par exemple, n'ont pas été totalement désamiantés. Les autorités françaises et celles de l'Union européenne ont été informées de la situation à la fin de l'année 2007, suite à un rapport accrédité de la TUV, organisme indépendant.

(Photo: John & Mel Kots/ Flickr)Mais on a tenté de minimiser l'ampleur du problème et les risques pour la santé qui en découlent. Manifestement, d'énormes pressions politiques sont exercées pour maintenir la discrétion autour de cette affaire. Cependant, si l'on veut respecter les principes fondamentaux de l'Union européenne, une transparence totale s'impose à ce sujet. Une enquête parfaitement indépendante et très complète doit être menée par des professionnels non-français et être rendue accessible à tous les eurodéputés. Le bâtiment du Parlement européen à Strasbourg ne devrait plus être utilisé jusqu'à ce qu'il n'y reste plus une seule trace d'amiante. Actuellement, le Parlement européen négocie avec la ville de Strasbourg afin de savoir qui paiera le travail de désamiantage. Une procédure est en place depuis février 2008 pour engager ces travaux.