Politique

L'UE veut réduire le prix des SMS

Article publié le 18 février 2008
Article publié le 18 février 2008
La France se fait remonter les bretelles, les entreprises européennes font face à l'effet de serre et la Commission part en guerre contre la téléphonie mobile. Dernières nouvelles de Bruxelles.

Budget de l'UE : la France s'y colle

Au printemps 2008, ce sera au tour du gouvernement français de présenter, pour la première fois, une loi de programmation du budget pluriannuel qui couvrira la période 2009-2011. L’information a été annoncée le 12 février dernier, par une circulaire du Premier ministre. François Fillon a précisé que cette nouveauté était imposée par les partenaires européens de la France. En effet, le pays a été récemment critiqué à cause de son déficit excessif. Cet exercice budgétaire doit forcer la France à respecter ses promesses. Mais sans trop de pression : ce plan pluriannuel définira uniquement les grandes lignes d'orientation du futur budget.

Réduction de tarifs pour les SMS vers l'international

Envoyer des SMS à l'étranger coûte trop cher. C'est ce qu'a déclaré, le 11 février dernier, Viviane Reding, la Commissaire en charge de l'information et des médias. Après avoir demandé la baisse obligatoire du prix des appels d’« itinérance internationale » en juillet 2007, la Commission a dorénavant le coût des textos et des transferts internationaux de données dans le collimateur. Si les opérateurs de téléphonie n'en prennent pas l’initiative, la Commission les forcera à réduire d’au moins deux tiers leurs tarifs actuels.

L’effet de serre menace la compétitivité des entreprises

Un appel à été lancé aux entreprises européennes lors de la réunion des Ministres des finances de l’Union européenne, le 12 février dernier. A partir de 2013, les émissions de gaz polluants coûteront bien cher en Europe. Et cette facture aura des conséquences sur la compétitivité mondiale de l'UE car les standards écologiques sont parfois plus bas dans le reste du monde. Les ministres prévoient des taxes ou des quotas d’importation. Des mesures qui seraient bien accueillies par la France mais moins bien par l’Angleterre qui craint une nouvelle vague de protectionnisme.

Le bulletin de notes de la Saint-Valentin

Pour la Saint-Valentin, la Commission européenne a publié une «évaluation de l’application des normes européennes relatives au marché interne ». Les Etats membres ont tous été évalués en fonction de leur capacité à appliquer les directives communautaires. Première de la classe : la Slovaquie. La République Tchèque décroche la dernière place, celle du cancre de l'Europe ! Dix Etats membres ont réussi à réduire le nombre de procédures d'infraction, exemple de manquement d'un Etat membre aux obligations qui lui incombent en vertu du droit communautaire. Onze autres les ont vu augmenter. L’Italie ne fait pas bonne figure : malgré un meilleur score que précédemment, elle a tout de même ouvert 134 procédures de ce type.

Photos: Graffitis(seretuaccidente/Flickr); montage sur l'effet de serre (jmpznz/Flickr); La Commission donne de bons et de mauvais points (Any Manetta/Flickr)