Politique

L'humoriste Al Murray : le pire cauchemar de Nigel Farage

Article publié le 11 février 2015
Article publié le 11 février 2015

Il fait partie des humoristes les plus populaires du Royaume-Uni. Par l'intermédiaire ou pas de son alter-ego comique, « Le Patron de Pub », Al Murray vient de créer un nouveau parti, FUKP, et entend bien ouvrir les vannes de la politique britannique avec comme ligne de mire, les élections générales de 2015. 

L'humoriste de 47 ans vient d'annoncer qu'il affronterait le leader d'UKIP, Nigel Farage, en vue des prochaines élections législatives de mai 2015. Il se présentera sous l'identité de son personnage « The pub landlord », soit « Le patron de pub ».

Mais qui est le vrai Alastair James Hay Murray ?  Et est-ce que son nouveau parti Free United Kingdom Party (FUKP) constitue-t-il vraiment une menace pour les ambitions parlementaires de Farage ou ne s'agit-il que d'une mascarade ?

Un diplômé d'Oxford devenu Patron de pub

Parmi son éventail de personnages, c'est celui du « Patron de pub » que Murray a retenu pour affronter Farage dans la course à la circonscription de South Tanet, située dans le Kent (sud-est du pays, ndlr).

Le personnage de Murray pourrait devenir un sérieux concurrent dans la campagne pour la simple et bonne raison qu'il caricature l'image médiatique de Farage. Comme ce dernier, il est très habile dans l'exercice du portrait pinte en main.

Farage l'a bien compris et ne sous-estime pas l'humoriste. Le leader d'UKIP a ainsi déclarait au quotidien The Independent : « Il semble que de candidats seront plus nombreux que d'habitude. Au moins, j'aurais de solides adversaires ».

Le personnage du patron de pub a déjà son lot d'admirateurs, ce qui pourrait s'avérer utile dans la course électorale. Al Murray et son alter-ego sont « en couple » depuis plus de 20 ans. Apparu pour la première fois en 1994, le Patron de pub est la caricature d'un barman de droite. Murray a récemment confié au Telegraph que l'idée lui était venue « eface à l'approche d'une deadline imminente ». Il semble que la clé du personnage, de sa longévité, mais aussi de sa capacité à devenir populaire - comme il le sera sans doute bientôt -  soit sa longévité comique

Loin des blagues et de son fameux personnage, Murray a animé de nombreuses émissions télés et radios pour la BBC. Celle qui représente le mieux le fossé entre Murray l'homme et Murray le Patron de pub est un documentaire de la BBC Four intitulé « L'aventure allemande d'Al Murray » consacré à l'art et à la culture allemands.

On pourrait penser à une erreur de casting en voyant Murray dans cette émission mais ce n'est pas si surprenant que ça quand on sait qu'il a étudié l'Histoire à Oxford University, ou comme il l'explique simplement, est parvenu tant bien que mal « à passer une licence d'Histoire ».

« Qui ferait le meilleur premier ministre ? »

Un sondage réalisé auprès des Britanniques place Al Murray en seconde position derrière l'actuel premier ministre David Cameron (qui se trouve être un cousin au 6e degré de Murray selon findmypast.co.uk) avec 26,3% des votes. Soit plus du double des intentions de votes portées sur Nigel FarageEd Milliband  le leader de l'opposition ,ou le vice-premier ministre en chute libre, Nick Clegg.

Le patron de pub a déjà lancé ses premières piques dans la campagne affirmant au sujet de Clegg qu'il était « comme un mug dont on a recollé l'anse et qu'on ne veut pas le remplir à nouveau ». Avec des hommes politiques conventionnels qui suscitent tant d'indifférence, cela n'aurait rien de surprenant que les électeurs en viennent à donner leur chance au patron de pub et à son nouveau parti. La participation de Murray pourrait au moins rafraîchir la scène politique du Royaume-Uni. Avec un peu de chance, FUKP pourrait même mettre la circonscription de Thanet South sens dessus dessous, à l'image de leur logo singeant celui d'UKIP avec une livre inversée.

Ses idées politiques en donnent au moins un premier aperçu. Quand on lui parle de politique étrangère, la réponse de Murray est aussi claire que surprenante. Il fait remarquer que l'Allemagne est calme depuis bien trop longtemps, ajoutant nonchalamment  « je dis ça comme ça ». Sautant sur les questions sensibles de l'immigration et de l'euroscepticisme qui font rage depuis des mois, Murray a finement ajouté son grain de sel au débat politique actuel, pour mieux s'en moquer.

Le Patron du pub possède ainsi le remède miracle à l'épidémie de migraines provoquée chez les partis de droite par l'immigration. Les migrants étant attirés par le Royaume-Uni en raison de sa situation économique relativement stable, Murray a conseillé que le gouvernement fasse en sorte que les choses se dégradent. Pour être honnête, cela n'est pas si éloigné que ça de la réalité. Début 2013, suite au lever des interdictions relatives à la Roumanie et à la Bulgarie, le gouvernement britannique a réellement envisagé de lancer une campagne de publicité présentant la vie au Royaume-Uni sous un jour négatif afin de décourager les potentiels immigrants.

Dernier point et pas des moindres, le Patron de pub est sûr de gagner des voix avec sa proposition d'abaisser le prix de la pinte de bière d'un centime. Voilà une promesse pleine de bon sens. Bref, Farage ferait mieux de rester sur ses gardes.