Politique

Les stations de l'Est entrent en piste

Article publié le 15 février 2007
Article publié le 15 février 2007
Des journées plus longues, des pentes vertigineuses, des prix bas et le folklore de l’Est en plus. De plus en plus de touristes optent pour les pistes slovènes, bulgares, tchèques, voire bosniaques.

A 72 kilomètres au nord de Sofia en Bulgarie, au sommet d’un mont de 3000 mètres, Andrew Harley, 38 ans, ajuste ses skis et s’apprête à dévaler une pente qu’il connaît par coeur. «Ici, vous pourrez à peine voir des autochtones , » lance t-il ravi, avant de s’élancer dans la poudreuse.

Son affirmation confirme un phénomène touristique en plein essor : les skieurs britanniques sont désormais de plus en plus nombreux à se ruer dans les stations de skis d’Europe de l’Est et à partager les pistes avec les Russes qui sont eux là pour le week-end.

« Les forfaits sont moins chers, la bière aussi et il y a beaucoup de choses à faire : ski alpin, hors pistes, saut à ski, du snowboard », a écrit Harely dans le livre d’or de la station Borovets, après sa deuxième visite dans la station avec femmes et enfants. Pour ce Britannique, le ski est devenu une expérience sportive mais aussi culturelle, le tout pour un prix abordable. Les chambres avec service d’étage 24 h/24 h sont situées dans une ville pittoresque, à moins d’une heure de voiture de Sofia, et à des prix défiant toute concurrence.

Dans le catalogue d’une agence de voyage suédoise, Borovets, 40 km2, est dépeinte comme la destination de prédilection des étudiants, des voyageurs indépendants et des familles à petits budget. Après quelques jours passés a dévaler les pentes neigeuses, il n’est en plus pas rare que ces touristes d’hiver décide d’aller passer un ou deux jours à la mer, toute proche. Un must pour les Suédois.

« Dans la journée, les touristes étrangers ont accès à des pistes quasiment vierges. Le soir, ils accèdent à des soirées où l’alcool est 2 à 3 fois moins cher qu’en Suède. Un séjour ‘All Inclusiv’ au ski en Bulagrie coûte moins de 330 euros, » affirme d’ailleurs un vendeur de l’agence de voyages ‘Kilroy’.

Du slalom en Slovénie

Niché au creux des Alpes, entre l’Autriche et l’Italie, le ski en Slovénie dans les Alpes Juliennes, réunit vie nocturne fréquentée par les grands noms de la jet-set occidentale et infrastructure moderne pour des prix battant toute concurrence.

Les stations qui affichent complet comme Kranska Gora, l’une des étapes du Championnat du monde de slalom masculin, ne sont pas rares. Glamour de la compétition, cuisine roborative et location de matériel abordable. En outre, la station est connue pour sa facilité d’accès : elle se situe à seulement 40 minutes du principal aéroport de Ljubljana.

Les 30 autres destinations de ski slovènes n’attirent pas seulement les skieurs mais aussi les amateurs d’immobiliers : les appartements en multipropriétés s’attirent désormais les faveurs des acheteurs étrangers. Outre un chalet à la montagne, il est possible pour les nouveaux propriétaires de s’offrir des escapades impromptues aux frontières autrichiennes, italiennes ou croates voisines. Seul petit hic : le degrè d’enneigement est souvent plus faible qu’ailleurs.

La Bosnie Herzégovine, la Serbie, le Monténégro, la Slovaquie ou la Russie offrent aussi des stations très exotiques. Mais nombre de touristes étrangers se sont plaints du manque de rigueur dans l’organisation des séjours. De même, les pistes d’Europe de l’Est souffrent souvent d’un entretien insuffisant comparé au soin déployé dans certaines stations des Alpes.

Ski-oscope

La Roumanie en télésiège

La Roumanie propose moins de possibilités que ses voisines. La plus grande station du pays se situe au centre des Carpates. Suite à la transition de 1989, le boom de l’industrie du ski a engendré une amélioration certaine des remontées mécaniques et des infrastructures. Les skieurs qui profitent de de la Roumanie sous la neige goûtent aussi au folklore local, riche et varié.

La poudreuse polonaise

Quant à la chaîne de montagne Tatras au Sud de la Pologne, elle offre une diversité encore plus grande pour les mordus de ski, ce d’autant plus qu’elle se prépare à postuler pour l’accueil des aux jeux olympiques d’hiver de 2010. Ses pentes sont connues pour être douces et sans obstacles type arbres ou rochers, du pain béni pour les skieurs débutants.

République tchèque s’il vous plaît

C’est la neige fraîche des pistes tchèques qui attirent les athlètes les plus aguerris. Les autochtones raffolent d’ailleurs du ski : le relief du pays est d’ailleurs situé à 70% entre 300 et 800 mètres d’altitude. Mais aussi les vertigineuses pistes du Mont des Géants destinées aux professionnels. Tout comme les après ski, les stations tchèques fournissent aussi un environnement parfait pour l’entraînement et l’amusement.

Photos: Slovénie (Wyco/ Flickr); Roumanie (Bodgan Mora/ Flickr); Pologne (Crivin/ Flickr)