Politique

Les échanges commerciaux de l’Europe et en Europe

Article publié le 1 octobre 2008
Article publié le 1 octobre 2008
L'Union européenne est un géant aux pieds d'argile. Nain politique au niveau international, elle en est pourtant la première puissance économique.

(iirraa/flickr)L’UE. Elle compte pour plus de 40 % des échanges commerciaux internationaux, devant l’Asie ou les Etats-Unis. Son point fort, ce sont les produits manufacturés : voitures haut de gamme, produits agroalimentaires comme le vin et le fromage ou services financiers, réputés dans le monde entier. Un atout qui permet une concurrence accrue avec l’Amérique du Nord, et de plus en plus avec l’Asie, quand l’Amérique du Sud et l’Afrique restent principalement des fournisseurs de matières premières. 

Plus du tiers des mouvements internationaux ont lieu... en Europe !

Il y a donc du mouvement sur les routes commerciales, mais en fait la plupart des échanges commerciaux se font localement, entre voisins. Plus du tiers des mouvements internationaux ont lieu... en Europe ! Il faut dire qu'avec l'Allemagne, la France et les Pays-Bas dans le top 5 des exportateurs, il y a de quoi faire. Contrairement aux Etats-Unis, les économies nationales qui composent l’UE ne sont pas spécialisées. On fait de tout dans chaque pays et il y a beaucoup de doublons, comme le vin en Italie autant qu’en France et en Espagne (pour le goût, on vous laisse juge !)

Image de Cremo / FlickrEn fait, chaque pays a quand même son petit truc : l'Allemagne fabrique plein de produits haut de gamme estampillés « Made in Germany », une étiquette de prestige aux quatre coins du monde, qui permet à l’Allemagne d’être le premier exportateur mondial, loin devant la Chine. La France préfère le vin et le luxe, mais son industrie nucléaire aussi a la cote. Le Royaume-Uni est un pays moins industrieux, et préfère la finance (Londres étant la place financière numéro un). Les pays scandinaves misent plutôt sur la haute technologie. L'Espagne attire les touristes du monde entier et les Pays-Bas ont l'un des ports les plus importants du monde. Et puis les pays de l'Est s'intègrent de mieux en mieux dans l'économie européenne et produisent à bas coûts dans l'industrie traditionnelle. Les échanges entre les pays européens sont donc très intenses. L’abolition des frontières au sein de l’espace Schengen, permet également d’encourager cette tendance.

Car, ce qui fait la force de l’UE, c’est son marché commun. Comme on dit, l'union fait la force. Avec 495 millions de personnes qui peuvent commercer sans frontières, ça déménage. Les entreprises européennes sont de plus en plus transnationales. On conçoit en France, on peaufine en Allemagne, on construit en République tchèque, on trouve les financements au Royaume-Uni, on exporte depuis les Pays-Bas, etc. La tradition d'ouverture de la culture européenne favorise ces échanges et crée une émulation entre les pays. La diversité de l'UE est sa meilleure arme face aux défis de la mondialisation.

Mais, dans ce fouillis, pas facile de s’y retrouver et le label « Made in UE » n’est pas encore très connu. De quelle nationalité est une voiture conçue en Espagne, construite en Pologne et vendue en Italie ? Avoir une vision un peu plus claire de tout cela, c’est sans doute le nouveau grand défi de l’UE.

Les indispensables

Le Royaume-Uni est le champion européen en balance commerciale négative : 132 milliards d’euros.

L’Allemagne est la championne européenne en balance commerciale positive : 195 milliards d’euros.