Politique

Le chiffre qui parle : 334 ans de prison pour un hacker 

Article publié le 22 janvier 2016
Article publié le 22 janvier 2016

Vous devez penser que la prison à perpétuité est la peine la plus longue que peut infliger un système judiciaire, et après tout, vous auriez sans doute raison. Cela dit, la Turquie vient de repousser les limites de la sentence en condamnant un jeune hacker de 26 ans à une peine beaucoup plus longue que la vie : 334 ans pour être précis.

Normalement, la perspective de « faire son temps » suggère que le temps a ses limites. À moins que le gouvernement ait découvert l'immortalité, il y a très peu de chance de réhabilitation pour ce jeune hacker, condamné à croupir en prison pour un total de 334 ans. Même si l'homme en question disposait des pouvoirs légendaires des chats, il y laisserait toutes ses 9 vies.

Un dimanche 10 janvier, Onur Kopçak a appris qu'il était condamné à 135 ans de prison pour avoir piraté 11 cartes de crédits, desquelles il soutirait les informations pour ensuite les vendre à des hackers. Avant la nouvelle, le jeune homme de 26 ans avait déjà été condamné à 199 jours, 7 mois et 10 jours de réclusion pour avoir mené des opérations similaires sur des banques.

Cette décision de justice bat tous les records connus en ce qui concerne les peines infligées aux personnes suspectées de cybercriminalité. Elle établit même un nouveau précédent quelque peu exagéré puisque la peine maximale requise pour ce genre d'infraction était auparavant fixée à 20 ans. Désormais, c'est juste 17 fois plus.