Politique

La Poste bientôt libéralisée ?

Article publié le 28 janvier 2008
Publié dans le magazine
Article publié le 28 janvier 2008
Énergies renouvelables, virements bancaires et un marché du courrier progressivement libéralisé... Cette semaine, les députés ont du pain sur la planche au Parlement de Strasbourg.

Des virements bancaires instantanés

Effectuer un virement d'un pays à l'autre, en Europe, prend entre deux et quatre jours. Dans la zone euro, ces opérations iront dorénavant beaucoup plus vite. Le 28 janvier, la Commission et la Banque centrale européenne va créer le SEPA, un espace unique des paiements européens. Les virements bancaires réalisés en euro seront donc alors transmis aussi rapidement que les virements à l'intérieur d'un même pays.

Poste libéralisée : 1 % du PIB en Europe

Bien qu'en Suisse, en Allemagne, en Finlande et au Royaume-Uni, les services postaux sont progressivement libéralisés, la question n'est pas encore débattu dans d'autres pays. Pour l'instant, les entreprises qui détiennent le monopole national sont chargées de l'envoi des lettres de moins de 50 grammes. Mais une directive que devrait approuver le Parlement européen le 31 janvier prochain, prévoit d'actionner la libéralisation de la Poste dans toute l'Europe d'ici à 2011. Seuls la Grèce, le Luxembourg et les nouveaux entrants de 2004 pourront avoir jusqu'en 2013 pour s'y plier. A partir de 2011 donc, la Poste espagnole pourra parfaitement ouvrir un bureau en Belgique et les Italiens en France ! La Poste représente aujourd'hui 1 % du PIB européen.

Plus de monnaie pour économiser une précieuse énergie

Le 30 janvier prochain, Fiona Hall, une eurodéputé libérale démocrate présentera le rapport d'initiative de la Commission européenne sur les énergies. Elle prévoit d'augmenter la part d'énergies renouvelables dans la consommation d'énergie finale de l'Union européenne de 20 %. Cette proposition est pour le moment adressée à plusieurs pays dont la France. Cette loi nécessite de réduire la TVA pour les entreprises du BTP qui s'engagent à n'utiliser que des matériaux non polluants. Le budget qui permet de mettre en oeuvre cette politique augmentera de 3 à 5 %. 20 % de l'espace publicitaire de l'industrie automobile devra être également consacré à l'information sur l'écoconduite, et les bonnes façons d'économiser le CO2.

Une politique étrangère assouplie

Les questions de politique internationale que le Parlement européen et le Conseil devraient évoquer cette semaine ne pourront guère avancer sans la ratification du Traité de Lisbonne. Ainsi, Javier Solana, le représentant de la politique étrangère de l'UE pourrait agir avec un peu plus de liberté. A son agenda : le programme nucléaire iranien, le bouclier anti-missile que les États-Unis souhaitent implanter en Europe et la tragédie permanente dans la Bande de Gaza. Des sujets que Solana ne peut pas évoquer sans tourner sept fois sa langue dans sa bouche à l'heure actuelle.