Politique

Kaczynski n'était pas un roi: les obsèques du Président divisent la Pologne.

Article publié le 16 avril 2010
Article publié le 16 avril 2010
On imagine mal le président français Nicolas Sarkozy inhumé dans le Dôme des Invalides, à côté de Napoléon, ou Silvio Berlusconi qui trouverait le repos éternel dans le Panthéon romain ? Alors pourquoi la famille Kaczynski a décidé d'enterrer le président polonais déchu dans la cathédrale du château de Wawel de Cracovie, lieu réservé aux rois et aux poètes jusqu'au XVIIIè siècle ?
Jusqu'ici unie dans le deuil, la Pologne s'interroge.

 Ni dans la cathédrale Saint Jean de Varsovie, ni dans le caveau familial à Varsovie, le couple présidentiel doit être enterré dans le château royal de Wawel de Cracovie. C'est ce qu'a décidé la famille des Kaczynski. Une décision qui divise une nation jusqu'ici unie dans le deuil. « Le cimetière de Powazki oui, Wawel non » - « Pas à Wawel » - « Kaczynski n'était pas un roi », peut-on lire sur les tracts des quelques 500 personnes rassemblées dans la nuit du mardi 13 avril devant la curie métropolitaine de Cracovie. « Depuis samedi je pleure le Président et les autres victimes. Je trouve que c'est une tragédie, reconnaît Barbara, une habitante de Cracovie présente sur les lieux. « Mais de là à l'enterrer à Wawel, je trouve ça excessif ». « Il ne colle simplement pas avec la société de l'époque », complète un jeune homme. Les images de ce rassemblement nocturne divisent la nation polonaise en deuil. La décision d'inhumer le Président Lech Kaczynski et sa femme dans le château royal de Cracovie, ancienne capitale de Pologne, a été annoncée mardi soir. Jusqu'au XVIIème siècle, des enterrements s'y déroulaient régulièrement. Exceptionnellement ensuite pour les ossements des plus grands dirigeants et poètes, entre autres pour les poètes nationaux Adam Mickiewicz et Marschall Jozef Pilsudski. D'autres politiciens de haut rang comme Stanislaw August Poniatowski, dernier roi de Pologne, ou les présidents de l'entre-deux guerres, reposent dans la cathédrale Saint Jean de Varsovie. Aujourd'hui, à la grande surprise de nombreux polonais, une entorse à la règle devrait être faite.

 Enterrement poétique après une mort épique ?

La nation polonaise est partagéeDepuis la catastrophe aérienne à Smolensk samedi 10 avril, le lieu d'inhumation du Président, de sa femme, et des autres victimes de l'accident, fait débat. Les spéculations se multiplient sur les endroits possibles: la Cathédrale Saint Jean dans l'ancienne ville, où reposent les Présidents qui étaient en exercice avant guerre, le nouvel édifice du Temple de la Providence divine, ou encore le cimetière Pawazki, où les Kaczynski possèdent un caveau familial.La décision d'inhumer le couple présidentiel à Cracovie aurait été prise par la famille Kaczynski, en particulier par le frère jumeau du Président Jaroslaw mortellement accidenté, l'admiration de Jaroslaw Kaczynski pour Marschall Jozef Pilsudski étant connue de tous. Lech Kaczynski lui-même était fasciné par Pilsudski, et l'invoquait souvent dans sa politique. Il devrait donc trouver le repos éternel dans une crypte à côté de Marschall.

Le château de Wawel serait le bon lieu de sépulture pour Lech Kaczynsi, d'après Stanislaw Dziwisz, Cardinal de Cracovie. « Le Président est mort d'une façon particulière, héroïque pourrait-on dire, car il volait vers Katyn pour rendre hommage aux martyrs polonais. » C'est pourquoi le nom de Lech Kaczynski devrait apparaître à côté des polonais les plus célèbres et héros reconnus, souligne le Cardinal. Il espère que cette décision continuera à unir la Pologne. « C'est un hommage symbolique à toutes les victimes de la malchance comme les Officiers et les personnes qui ont été tuées à Katyn il y a 70 ans », l'a complété Jaroslaw Gowin, un député de la Plateforme civique.

Scepticisme à peine contenu

Immédiatement après l'annonce du lieu d'inhumation, des critiques se sont faites entendre. « Ce n'est pas une idée très pertinente », juge le philosophe Jan Hartman. L'évêque Tadeusz Pieronek, lui, pense que la famille du président déchu devrait comprendre que ce n'est pas seulement elle mais toute la Nation qui devrait décider du lieu de l'enterrement du Président. Le dernier Président en exil, Ryszard Kaczorowski, qui était également dans l'accident d'avion mortel en Russie reposera lui à Varsovie. « Pour moi l'affaire est claire : les dirigeants de l'État seront enterrés dans la capitale, et pour le moment la capitale, c'est Varsovie », tranche-t-il. De nouvelles contestations ont déjà été annoncées à Cracovie.

L'auteur de l'article Agnieszka Hreczuk est membre du réseau de correspondants n-ost.

Photos: ©Piotr Pawłowski/flickr; ©Nick Lüthi/flickr