Politique

Jeux vidéo : attention violence

Article publié le 28 avril 2008
Article publié le 28 avril 2008
Le traité de Lisbonne poursuit sa route parlementaire dans les pays membres. Pour les dons d’organes et l’aide alimentaire, l’UE s’organise : voici les dernières nouvelles en direct de Bruxelles.

Et de douze ! Le traité européen en cours de validation

Les Parlements monocaméraux portugais et danois viennent à leur tour de voter massivement en faveur de la loi autorisant la ratification du traité de Lisbonne. Le Bundesrat se prononcera le 23 mai, mais l'issu du vote ne fait guère de doute. C'est la première fois que le Danemark ne procède pas à un référendum sur un traité européen. Seul l'Irlande le soumettra, en juin prochain, à l'approbation de la population par voie référendaire. Le traité de Lisbonne doit être ratifié par l'ensemble des 27 avant le 1er janvier 2009, afin d'entrer en vigueur à cette date.

Dons d’organes : comment pallier au manque ?

Dans l’UE, dix personnes meurent chaque jour en attente d’une greffe d’organe et environ 60 000 patients sont inscrits sur liste d’attente d’un donneur compatible. Le rapport d’initiative adopté par le Parlement européen jeudi 24 avril propose une série de mesures destinées à pallier le manque de donneurs. Parmi les mesures envisagées figurent notamment la création d’une carte européenne de donneurs, complémentaire aux cartes nationales, et une intensification de la coopération entre Etats membres. Les eurodéputés invitent également les Etats membres à lutter contre le trafic d’organes et le tourisme de transplantation.

Un crédit supplémentaire de 117 millions d'euros en faveur de l'aide alimentaire

La Commission européenne prévoit d'octroyer 117 millions d'euros supplémentaires au Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) pour faire face à la hausse des prix alimentaires mondiaux. Celle-ci est due à une hausse de la demande, les augmentations du prix du pétrole et de l’énergie, des mauvaises récoltes, ainsi que la « concurrence » entre production alimentaire et biocarburants. La flambée des prix des denrées alimentaires est à l’origine des récentes émeutes au Cameroun, Burkina Faso et au Sénégal. Les plus démunis se retrouvent ainsi dans l’impossibilité d’acheter des denrées alimentaires alors qu’il n’y a pas de pénurie. Certains parlent du « nouveau visage de la faim ».

Jeux vidéo : violence et grossièreté

Le secteur européen des jeux vidéo, en pleine expansion, génère déjà plus de revenus que le marché des salles de cinéma en Europe. Mais l'opinion publique s’inquiète des comportements agressifs induits par les jeux vidéo. Les autorités nationales de plusieurs pays ont d’ailleurs décidé d’interdire la diffusion de certains jeux vidéo particulièrement violents. Selon une enquête de la Commission, 20 Etats membres appliquent un système paneuropéen de classification par catégorie d’âge des logiciels de loisirs (PEGI), mis au point par l'industrie avec le soutien de l'UE. Adopté en 2003, le système PEGI. Chypre, le Luxembourg, la Roumanie et la Slovénie n'ont, par contre, mis en place aucune mesure de protection des mineurs.

Photos: Hanna Olson, Suédoise, vient de bénéficier d'un transfer d'organes (Photo, SGFsoccer/flickr); Planète pain (Photo, chuchuyd03/flickr); Statue de personnage du jeu vídéo Warcraft (Photo, hachimaki/flickr)