Politique

Jeremy Rifkin : « le capitalisme va disparaître »

Article publié le 28 octobre 2014
Article publié le 28 octobre 2014

Voilà plus de trois décennies qu'il défend un changement de modèle économique qui transformera le monde. Grâce aux nouvelles technologies, aux énergies renouvelables et à la consommation collaborative, Jeremy Rifkin, conseiller des gouvernements d'Angela Merkel, de Barack Obama ou de Zapatero, défend sa cause car le changement est déjà là, meme si peu de monde a l’air de s’en soucier.

cafébabel : Dans votre dernier livre, vous parlez de la fin du capitalisme. Vous n'êtes pas le premier à prédire sa fin. Que va-t-il se passer ? 

Jeremy Rifkin : Nous sommes témoins de l'apparition d'un nouveau système économique : l'économie collaborative, qui remplace le modèle précédent. D'ici 2050, dans tout juste 35 ans, le capitalisme sera toujours présent mais pas de la façon dont nous le connaissons, sinon complètement transformé. Le capitalisme, tel qu'il est conçu à l'heure actuelle, va disparaître. Cela se produit déjà dans des secteurs d'activité et des industries clé. En 2050, dans à peine 35 ans, nous aurons une nouvelle économie hybride collaborative. Le capitalisme ne va pas disparaître tel quel mais les jours du capitalisme, tel que nous le connaissons, sont comptés. Il va donc se transformer radicalement et cela se passe déjà, en ce moment même, mais beaucoup ne sont pas capables de le voir. 

cafébabel : Votre nouveau livre, dans lequel vous développez cette théorie, s'intitule La nouvelle société du coût marginal zéro (Éditions Les Liens qui Libèrent, 2014). En quoi consiste le coût marginal zéro ?  

Jeremy Rifkin : Le coût marginal zéro représente le coût de production d'une unité de bien ou de service une fois les coûts fixes payés. Cette nouvelle économie apparaît avec les nouvelles générations. Elle a vu le jour avec Napster et a continué avec Youtube, Wikipédia. Elle infiltre tous les secteurs mais aussi les moyens de communication et l'énergie. Les nouvelles générations l'ont compris. Grâce à Internet, l'Internet des objets, nous disposons de la technologie pour démocratiser les processus industriels, avec des imprimantes 3D par exemple, et grâce aux énergies renouvelables, nous pouvons nous adapter au XXIème siècle.

cafébabel : De nombreux pays en Europe ne parient pas de manière concrète sur les énergies renouvelables. Dans le cas concret de l'Espagne, le gouvernement de Mariano Rajoy, s'est axé sur la promotion de la recherche de combustibles fossiles, accompagnée de politiques totalement contraires aux politiques des énergies renouvelables et à l'auto-production d'énergie chez soi.

Jeremy Rifkin : Oui, je connais personnellement le problème. J'ai conseillé le gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero, du PSOE, au cours de ses deux mandats. Ce qui se passe en ce moment est très triste. Avec le changement de gouvernement, le processus s'est inversé et les membres du gouvernement sont revenus au modèle du siècle précédent. Ils veulent l'austérité ainsi que le contrôle du déficit ? Cela me semble parfait mais on ne peut pas faire marche arrière vers des modèles obsolètes. Les nouvelles générations l'ont compris et elles doivent être à la tête du processus qui mène vers cette nouvelle ère de l'économie. Ceci est applicable à d'autres pays du Vieux Continent.

cafébabel : Vous considérez que cette économie verte, durable, collaborative est la clé pour créer de l'emploi. 

Jeremy Rifkin : Le fait est qu'il y a un énorme problème avec le chômage. Toutefois, sur le long terme, d'ici les deux prochaines générations, s'ensuivra une masse incroyable de personnes qui va travailler au changement de modèle, à cette transformation. L'emploi se trouve là, dans la réhabilitation de bâtiments, l'architecture durable, les énergies renouvelables et la technologie. Quel est le plan b du gouvernement pour créer de l'emploi ? Le modèle caduc du siècle précédent des énergies renouvelables et de la construction ? L'Espagne a besoin d'une transformation. Si l'Allemagne le fait, pourquoi pas l'Espagne ?

cafébabel : Je ne crois pas que le lobby des entreprises électriques ou pétrolières soit en phase avec leurs théories...

Jeremy Rifkin : Laissez-moi vous dire quelques chose. En Allemagne, les jours sont comptés pour les 4 principales entreprises électriques. Parce que les personnes ont compris qu'avec les énergies renouvelables et qu'en s'associant en coopérative, elles sont capables de produire et de partager l'énergie ainsi que de la rendre beaucoup moins onéreuse. Je suis optimiste. Nous allons en être témoin. J'ai de l'espoir.

cafébabel : En ce qui concerne l'énergie nucléaire, chaque pays européen mène une politique différente. Que pensez-vous de cette source d'énergie ? 

Jeremy Rifkin : L'énergie nucléaire est une énergie du XXème siècle. Elle est désuète, dépassée, chère et ne va pas revenir. Ce  que vous devez savoir sur cette énergie, c'est qu'en France, pays par définition nucléaire, 40 % de ses ressources en eau sont dépensées pour refroidir les centrales atomiques. Cela signifie que la France ne dispose pas de ces ressources hydriques afin de les allouer à d'autres usages. L'énergie nucléaire appartient au passé.

cafébabel : Que répondez-vous aux personnes qui ne croient pas au changement climatique ?

Jeremy Rifkin : Je ne comprends pas très bien comment il peut y avoir des personnes qui ne croient pas au changement climatique. Ce dernier a un impact clair et évident tel que le démontrent les changements du cycle de l'eau sur la Terre. Les personnes doivent intégrer cela. Chaque année, nous constatons plus de chutes de neige abondantes, de pluies torrentielles, de terribles sécheresses, plus d'ouragans de catégorie 4 et 5 aux conséquences dramatiques. Ceci est le changement climatique. Si nous n'instaurons pas de mesures de manière rapide, nous nous exposons à une extinction massive de nombreuses formes de vie sur la planète au cours de ce siècle. Par conséquent, voici mon message : aidons nos enfants, les générations futures. Nous devons nous réveiller, c'est un moment décisif pour le genre humain. 

cafébabel : Mais il ne s'agit pas seulement du gouvernement ou des entreprises. La société même a besoin d'un changement de mentalité. Ne croyez-vous pas ? Lorsque tu déclares en public que tu partages ta voiture, ta maison, te déplaces en vélo, cultives ton propre potager, tu t'associes afin d'acheter à un meilleur prix. Pour d'autres actions de ce type, on te catalogue facilement d'hippie. Ce n'est pas encore bien vu. 

Jermy Rifkin : [Rires]. C'est une question de changement de mentalité et cela apparaît avec les nouvelles générations. Les jeunes ne croient plus comme avant à la propriété privée. Ils ont la culture du partage de la voiture, du vélo, de la maison, du wifi, de leur énergie, de la nourriture. Être propriétaire est ennuyeux, partager est un jeu. Chaque personne se doit d'être un petit entrepreneur. Nous pouvons optimiser les ressources de la planète en plus d'être respectueux de l'environnement grâce au coût marginal zéro mis à disposition par Internet, les nouvelles technologies et l'énergie propre. Nous parlons de la troisième révolution industrielle. Nous devons renforcer le talent, la créativité et les jeunes générations qui l'ont déjà compris et qui sont celles qui vont être à la tête du processus de changement.

cafébabel : Le coût marginal zéro renferme cette composante de développement, tout en étant respectueux de l'environnement et écologique.

Jeremy Rifkin : Le coût marginal zéro représente la manière de nous diriger vers une société écologique, car il signifie l'efficience et la réduction de l'emploi des ressources que nous offre la planète. En outre, si tout ce que nous produisons, nous le partageons une et plusieurs fois, comme par exemple nos véhicules, maisons, vêtements, outils, etc., cela se traduira par une consommation moindre des ressources, ainsi qu'un impact minimum de notre trace sur l'environnement. Grâce à l'Internet des objets et aux avancées technologiques dans le secteur des communications, toute notre énergie peut devenir propre et renouvelable. Ce qui signifiera la fin des émissions de CO2 et le ralentissement du réchauffement climatique. Il faut renforcer la créativité, le talent, l'engagement des jeunes générations pour achever la mise en place de cette nouvelle économie sur notre planète. Au travers de ce processus, nous allons créer une économie plus juste et démocratique. Ce qui est en jeu est notre survie.