Politique

Hongrie : présidence de l'UE = censure des médias

Article publié le 23 décembre 2010
Article publié le 23 décembre 2010
Le gouvernement conservateur de droite hongrois a adopté dans la nuit de lundi 20 à mardi 21 décembre une loi restrictive sur les médias. Une nouvelle instance contrôlera à partir de janvier aussi bien la radio-télévision publique que les médias privés. Cette atteinte à la liberté de la presse est le pire début possible pour la présidence hongroise de l'UE, estime la presse européenne.

Die Welt - Allemagne : La tragédie Viktor Orbán

La nouvelle autorité hongroise de surveillance des médias (NMHH) disposera de pouvoirs étendus pour contrôler les médias publics et prendre des sanctions contre les journaux et les portails en ligne. Pour le quotidien conservateur Die Welt, il s'agit d'une monstruosité : « De la censure à la confiscation de documents en passant par le démantèlement matériel des médias gênants, cet attirail législatif représente l'idéal d'un régime autoritaire. C'est une autorité de contrôle de l'opinion et de louange du pouvoir. Elle est composée de partisans et de protégés du Premier ministre Viktor Orbán. … Si l'interlude Haider en Autriche n'était encore que de l'opérette, ce qui se passe aujourd'hui en Hongrie est une tragédie. Dans le cas de l'Autriche, l'Union européenne avait été choquée et avait sanctionné la république alpine en la marginalisant. Rien n'est fait dans le cas de la Hongrie, bien que le cheminement vers un Etat autoritaire se dessine et ne se soit pas fait en un jour. La liberté que la Hongrie a acquise pour elle et pour les autres il y a deux décennies tend à disparaître. »

(Article publié le 22.12.2010)

La Stampa - Italie : Bâillon imposé chez le futur président de l’UE

L'Hongrie ne pouvait choisir plus mauvais départ pour sa présidence de l'UE en janvier, estime le quotidien libéral La Stampa, suite à l'adoption de la loi restrictive sur les médias : « En temps normal, cela n'aurait été qu'une loi déplaisante. Neuf jours avant le début de sa première présidence de l'UE, il s'agit dans le meilleur des cas d'une carte de visite préoccupante pour la Hongrie. … Le ministre des Affaires étrangères János Martonyi a annoncé fièrement à Bruxelles que la Hongrie avait pour ambition d'entrer dans l'arène européenne 'dans le rôle du torero et non du taureau', pour contribuer à l'établissement d'une 'Europe humaine'. Cette intention s'accorde difficilement avec une loi qui est déjà qualifiée de bâillon. … Ce qui est alarmant, c'est le critère de 'violation de l'intérêt public' car il est flou et général. Le simple fait d'écrire qu'il s'agit d'une loi bâillon pourrait nuire au bien de la Hongrie. »

(Article publié le 22.12.2010)

Hírszerző - Hongrie : Le règne à venir de l’autocensure

Avec la nouvelle loi hongroise sur les médias, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2011, une période difficile débute pour la liberté de la presse dans le pays, estime le portail d'information Hírszerző : « La loi sur les médias sera naturellement appliquée, ce qui veut dire que l'autocensure sera de nouveau déterminante pour des pans entiers de l'opinion publique hongroise. Il est aussi pratiquement certain que de nombreux rédacteurs et éditeurs tenteront de s'adapter à cet 'environnement législatif modifié' et procéderont à de subtils ajustements à son contenu. Ce qui nous attend à partir du mois de janvier est tout sauf amusant. Personne ne doit s'imaginer que la campagne de la majorité gouvernementale contre la libre opinion publique sera de courte durée. … Nous devons nous préparer à ce que le gouvernement et l'autorité médiatique qui lui est soumise tentent systématiquement de saigner les propriétaires des médias critiques du gouvernement, ou de les contraindre à un contenu d'une bienveillante neutralité. »

(Article publié le 22.12.2010)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photo:  (cc)Matteo Ruggio/flickr