Politique

Herman Van Rompuy: Les cent jours

Article publié le 31 mai 2010
Article publié le 31 mai 2010
Cent jours qu’Herman Van Rompuy incarne l’Union Européenne, coincé entre une reprise économique qui tarde et les négociations houleuses du soutien financier à la Grèce. Devant le Mouvement européen Belgique, l’ancien Premier ministre belge revient sur le quotidien d'une fonction très « work in progress », comme nous le rapporte Zoé de York pour cafebabel.com à Bruxelles.

Une heure et demie en compagnie des membres du Mouvement européen Belgique. Beaucoup de temps pour un Président du Conseil européen qui jongle d'event en event à la recherche de solutions pour l'Europe. Le public a réuni  la jeune génération avec les anciens et la presse; Herman Van Rompuy est face à un parterre familier. 

Un poste historique

Le poste du premier Président permanent du Conseil européen est le résultat d’une longue histoire. Van Rompuy rappellera les faits marquants de ce passé (des pères fondateurs à la Convention européenne de 2002, en passant par les doutes du début des années 70) avant d’entrer dans le vif du sujet : la mise sur pied de la Présidence permanente, véritable coquille vide du Traité de Lisbonne. Les règles formelles sont peu nombreuses, « j’ai donc établi des contacts informels dès le départ » avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, qu’il rencontre toutes les semaines, avec le Parlement européen, « même si je n’ai pas de comptes à leur rendre »; avec l’Eurogroupe et avec le Premier ministre espagnol qui assure la présidence tournante jusqu’au premier juillet. Le premier Président permanent en est même venu à présider, de manière informelle, le conseil de l’Eurozone. Quant à la présidence belge, la situation dans laquelle se trouve son pays ne lui échappe évidemment pas. L’ancien Premier ministre belge souhaite voir la situation se régler le plus rapidement possible « pas uniquement pour les intérêts belges, mais aussi pour l’intérêt européen en général. »

Lire la suite de l'article surle babelblog de Bruxelles.

Photo: World Economic Forum/Flickr