Politique

Geremek nous a transmis l'Europe

Article publié le 15 juillet 2008
Article publié le 15 juillet 2008
Ancien conseiller de Lech Walesa et parlementaire européen depuis 2004, Bronislaw Geremek était un Européen et un démocrate convaincus. Dimanche 13 juillet, il a trouvé la mort dans un accident de voiture en Pologne, son pays natal. Hommage d’un de ses anciens élèves au Collège d’Europe.

Notre professeur, décédé dimanche 13 juillet, nous enseignait que l’Europe n’aurait sans doute pas été ce qu’elle est sans ceux qui se sont battus pour défendre leurs idées face aux sceptiques. A cet égard, la lutte de Bronislaw Geremek pour la démocratie en Pologne est un héritage dont tous les Européens sont les dépositaires.

Dans sa dernière contribution au journal Le Monde (édition du 28 juin 2008), Geremek dessinait un nouvel avenir pour l’Europe. Partant du constat selon lequel « les Européens du XXIe siècle craignent l'avenir et ne font pas confiance à l'Union européenne », il arrivait à la conclusion que l’Europe était face « à un choix important ». Un choix entre les « sentiers battus » de la « routine européenne » et « une nouvelle étape de l’unité européenne ». Cette nouvelle étape consisterait « à la fois [à] procéder aux réformes institutionnelles nécessaires et [à] demander l'avis des citoyens européens. 

Parlementaire européen depuis 2004, Bronislaw Geremek voyait les élections de juin 2009 comme une nouvelle étape de la construction européenne. Au cours des mois qui nous séparent de cette échéance, il revient à nous, citoyens européens, de poursuivre le chemin tracé par Geremek en promouvant individuellement nos projets pour une Europe plus proche de ses citoyens.

Alors que le traité de Lisbonne propose de faire élire le président de la Commission européenne par le Parlement européen et que, dans la plupart des Etats membres, le chef du gouvernement est désigné par les partis politiques vainqueurs des élections législatives, on pourrait proposer que le président de la Commission soit désigné et élu par les partis majoritaires lors des élections parlementaires européennes.

Ce n’est là qu’une proposition. Elle vient s’ajouter à celles déjà émises par notre professeur Bronislaw Geremek et ne saurait en aucun cas engager sa pensée. Comme tant d’autres, elle aura au moins le mérite de témoigner du fait que les idées vivent !

Jean Cattan, ancien élève du Collège d'Europe, promotion Copernicus