Politique

Geert Wilders prend du galon en Hollande

Article publié le 5 mars 2010
Article publié le 5 mars 2010

De Volkskrant - Pays-Bas : Wilders envenime les législatives

Si les élections législatives du 9 Juin aux Pays-Bas devaient avoir le même résultat que les élections municipales, le pays serait alors en proie à l'instabilité politique, écrit le quotidien progressiste de gauche De Volkskrant : « La faible participation électorale et la victoire des partis locaux dénotent un sérieux manque de confiance dans la politique du pays. Cela ne rend pas optimiste. Le morcellement du paysage politique semble loin d'être terminé. … Pour le [social-démocrate] PvdA et le [chrétien-démocrate] CDA, il est très important d'empêcher le [populiste de droite] PVV de devenir le premier parti, mais ni l'un ni l'autre ne peut s'en enorgueillir. … Quel que soit celui qui sortira le plus fort le 9 Juin, il sera pratiquement impossible de former une coalition de moins de quatre partis. Si le PvdA veut empêcher que Wilders arrive au pouvoir, et que le CDA ne souhaite pas gouverner avec le PVV, on peut se demander s'il est judicieux que les deux partis excluent toute possibilité de devenir partenaires de coalition. »

 (05.03.2010)

Neue Zürcher Zeitung – Suisse : ne plus ignorer Geert Wilders

Le populiste a remporté de nombreux suffrages aux municipales hollandaisesSuite au succès de Geert Wilders aux élections municipales aux Pays-Bas, le quotidien Neue Zürcher Zeitung appelle à une discussion sérieuse avec ce détracteur de l'islam orienté à l'extrême droite. Wilders pose parfois des exigences absurdes et n'est pas intéressé par une politique constructive, mais l'ignorer serait imprudent : « Les Pays-Bas, qui étaient autrefois un refuge de mode de vie libérale et de laisser-faire imaginatif, ont voulu ignoré pendant trop longtemps que sous le manteau de l'immigration tolérante, se développait une société parallèle qui se moquait éperdument des efforts d'intégration, même modérés. Les partis démocratiques n'auront donc pas d'autre choix que de s'occuper de ce problème de manière intensive. S'ils laissent le champ de la politique d'intégration à Wilders sans se battre, ils prennent le risque que le PVV, mené par un dirigeant dépourvu de but précis, joue un rôle important au sein du prochain Parlement à La Haye, et perturbe fortement le bon travail du gouvernement. Même la retenue la plus noble n'en vaut pas le prix. »

(05.03.2010)

 La Razón – Espagne : « Un nouveau défi pour l’Europe »

Le parti d'extrême droite de Geert Wilders ressort renforcé des élections municipales néerlandaises. Les partis européens devraient comprendre les raisons de ce succès et réagir en conséquence, estime le quotidien La Razón, proche de la frange conservatrice de l'Eglise catholique : « Après le référendum suisse sur l'interdiction des minarets, les résultats néerlandais renforcent une tendance européenne à se distancier de la présence musulmane croissante et de la radicalisation islamique. Au début de cette vague de rejet, on trouvait davantage la fanatisation d'une certaine partie des musulmans que la xénophobie, dans un pays qui dispose d'une longue tradition d'accueil des étrangers. … Quoi qu'il en soit, nous observons un phénomène que l'on ne peut ignorer en avançant des dépréciations stéréotypées. Il y a un nouveau défi en Europe, et si les partis traditionnels ne peuvent le relever, les citoyens choisiront au final d'autres options. » (05.03.2010)

Sme – Slovaquie : Un populisme d’un nouveau genre

Le succès du populiste de droite Geert Wilders préoccupe le quotidien progressiste Sme : « Il est bien possible que tout futur gouvernement aux Pays-Bas - pour éviter une grande coalition comme celle qui vient d'échouer - aura besoin du soutien de Wilders. Celui-ci n'est pas un extrémiste du genre auquel nous sommes habitués. Il n'est pas raciste et certainement pas antisémite, il ne souffre pas d'antiaméricanisme, il est contre le protectionnisme et mise sur le libre marché. D'un autre côté, il répand la haine, parle de responsabilité collective et veut stopper toute immigration. … Nous ne savons pas comment il se comporterait s'il disposait d'une partie du pouvoir. Il dit lui-même qu'il ne tiendrait pas à la réalisation de ses revendications contre les immigrés. Il sera toutefois nécessaire d'observer cela avec attention, car son modèle menace de s'étendre à de larges parties de l'Europe. »

(05.03.2010)

Vous pouvez retrouver la revue de presse européenne sur le site d'Eurotopics

 Photo : ©jacco de boer/Flickr)