Politique

Fumer tue

Article publié le 10 septembre 2008
Article publié le 10 septembre 2008
Fumer n’a pas laissé que des traces de goudron et de nicotine dans les poumons des Européens... La cigarette a aussi imprégné de son odeur âcre le vocabulaire de leurs langues respectives.

Si « smoking » en anglais désigne aussi un vêtement, il traduit néanmoins ce que l’Allemand entend par « Rauchen »Petra, le Polonais par « palenie »Anna, le Suédois par « rökning », le Grec par « κάπν ι σμα »… Autrement dit « fumer »Jane.

Plus qu’un simple mot, ce verbe désigne une pratique bien enracinée dans tous les pays de l’Union. Le tabac originaire d’Amérique fut ramené du Nouveau Monde par les conquistadors ibères. Là-bas, on fumait le calumet pour sceller la paix. Un bout d’histoire que l’on le retrouve dans l’expression « fumar la pipa de la paz »Jesus. Le nom de cette plante provient sans doute de l’arabe « tubbaq » désignant ironiquement dans cette langue, au Moyen-âge, une racine aux vertues purgatives. De son côté, le mot « cigare » conserve son arôme typiquement amérindien puisque le mot maya pour désigner la fameuse solanacée se dit « siyar ».

Conscients des 650 000 morts causés chaque année par un tel usage en Europe, 140 millions de citoyens de l’Union se sont résolus à ranger leur cendrier au grenier, bien décidés à ne plus, comme le disent les Espagnols « fumando como un carreterro »Jesus ( « fumer comme un cocher de fiacre ») en référence à ces professionnels souvent impatients de voir leurs clients remonter en voiture.

Quand ils parlent d’une personne qui fume comme une cheminée « Rauchen wie ein Schlot » les Allemands rivalisent avec les Hongrois pour désigner cette funeste addiction « Füstöl mint a gyárkéméni ». Si les nicotinomanes italiens fument comme des Turcs « fumar come un turco »Francesca, il est aisé d’imaginer l’affection particulière que ce peuple porte à la bouffarde. Le Français qui « fume comme un pompier »Jane nous rappelle au passage que, jadis, les anciens véhicules de ce prestigieux corps d’élite se repéraient au loin par les puissantes volutes de fumée s’élevant autour de leurs convois.

Aujourd’hui, les autorités sanitaires s’efforcent d’éradiquer ce penchant en contraignant les distributeurs à faire figurer sur chaque paquet des mises en garde contre la nocivité de cette coutume délétère. Cela va des slogans les plus laconiques comme le lapidaire « Fumer tue » (en polonais : « Palenie zabija ») à des avertissements plus élaborés et plus perfides, tel le so british « smoking may reduce the blood flow and cause impotence » (« Fumer peut ralentir le flux sanguin et favoriser l’impuissance »Jane)

Les adeptes du Viagra ne pourront pas dire ensuite qu’ils n’avaient pas été prévenus ! Après des décennies de pubs, magnifié par le cinéma ou la musique, il est évidemment bien difficile de renoncer à ce geste de divine inhalation. Qui n’a pas en mémoire, les paroles de la chanson de l’actrice espagnole Sara Montiel ? « Fumar es un placer genial, sensual… » Bon, promis, j’en grille encore une dernière, puis après… j’arrête !