Politique

Elysée 2007 : le concours de l'euro-vision

Article publié le 17 novembre 2006
Publié dans le magazine
Article publié le 17 novembre 2006
Alors que Ségolène Royal vient d'être désignée représentante officielle du PS, les programmes des candidats à la course à l'Elysée 2007 laissent une faible place à l'Europe.

Cet automne, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a dû se demander combien de potentiels présidents français allaient se présenter à la porte de son bureau après avoir été choisis par leurs partis respectifs. La visite de Nicolas Sarkozy, 51 ans, véritable coureur de fond et actuel ministre de l'Intérieur, a été de près suivie par celle, plus discrète, de Ségolène Royal, 53 ans, la favorite socialiste, à peine 5 jours plus tard.

L'Europe est bien partie pour être un facteur déterminant lors des élections présidentielles françaises d’avril 2007. Depuis le « Non » massif des Français au référendum sur le traité constitutionnel de mai 2005, l'Union est plongée dans l’une des crises les plus graves de son histoire. Chacun espère secrètement qu’un nouveau visage à l'Elysée remette les choses en place.

Pourtant, si les autres pays de l'UE scrutent la France avec attention en attendant l'émergence d'un chef d'Etat visionnaire, ils risquent d'être déçus. Mais l'Europe peut-elle vraiment attendre des idées novatrices de la part de candidats qui hantent la scène politique hexagonale depuis plusieurs décennies ?

Nicolas Sarkozy, entré en politique à l'âge de 22 ans, est dans les starting blocks depuis une éternité, même si son parti, l’Union pour un mouvement populaire (UMP), ne choisira son candidat officiel qu'en 2007.

Ségolène Royal, la présidente de la région Poitou-Charentes, élue le 16 novembre par les militants à plus de 60%, était accompagnée dans la course au représentant du Parti socialiste (PS) par deux « éléphants » de la gauche : un ancien ministre des Finances, Dominique Strauss-Kahn, 55 ans, et Laurent Fabius, 60 ans, Premier ministre au milieu des années 1980.

Jean-Marie Le Pen lui, 77 ans, le leader du Front national passé, à la stupeur générale, au second tour des présidentielles de 2002, est un homme politique dont le premier mandat remonte à 1956.

Réforme institutionnelle

Le problème majeur de l'Union concerne une éventuelle réforme de ses institutions. Comment répondre aux inquiétudes des Français et des Hollandais tout en poursuivant un processus de réforme ? Les candidats français sont tous d'accord sur une chose : soumettre l’actuel texte actuel à un nouvelle consultation populaire n'est pas une option envisageable.

Comme Nicolas Sarkozy l'a récemment déclaré : « le vote des Français était sans appel. Ce n'est pas à moi de leur dire qu'ils n'avaient pas compris la question. »Le patron de l’UMP propose donc, en lieu et place de la Constitution, un « mini-traité » qui sera soumis à l'approbation du Parlement par le biais d'une révision de traité classique. Au menu, des changements jugés « substantiels », comme la création d'un poste de ministre européen des Affaires étrangères. Une manière de contourner habilement les voix opposées au traité constitutionnel sans humilier pour autant les nations qui ont voté pour.

A gauche, les propositions quant à l'avenir du projet constitutionnel semblent encore moins inspirées. Laurent Fabius et Ségolène Royal s’accordent pour dire qu'une vague assemblée alternative devrait être créée pour réécrire le texte. Le document serait ensuite entériné à travers toute l'Europe par le biais de référendums nationaux ou de votes parlementaires censés se dérouler le même jour; une stratégie risquée.

Plus généralement, il est permis de se demander ce qu’il adviendra de la question globale de la réforme? Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin se rejoignent en suggérant de transférer la responsabilité du choix du président de la Commission au Parlement européen.

Tous les candidats en revanche s'accordent sur la nécessité d’aller vers « plus d'Europe ». Royal veut plus de compétence sur les énergies renouvelables et l'environnement, Fabius sur les affaires sociales et Sarkozy sur les problèmes sensibles de l'immigration et des impôts, à travers un nouveau système de vote « à une super majorité qualifiée ».

Elargissement

Le problème de l’adhésion d’Ankara à l’UE cache celui, plus large, des projets d'élargissement futur des Vingt Cinq. Les candidats de tous bords semblent s'opposer à l'idée d’une Turquie membre à part entière de l'Union. Dominique Strauss-Kahn soutenait cette idée et défend une Europe plus variée. Une proposition similaire, émanant de Fabius, entendait créer un « noyau dur » de l'Europe et un « partenariat privilégié ».

Ségolène Royal est la seule candidate qui a refusé d'exprimer un avis sur la question en défendant l'idée d'un référendum. Son avis, dit-elle, sera « celui du peuple français ». Qui a dit que la politique idéologique était morte ?

Les autres proposition des candidats à la course présidentielle française recouvrent un spectre de préoccupations assez large qui va de la détermination déclarée de Royal de restaurer l'aide de Bruxelles à l'Autorité Palestinienne à la proposition de Laurent Fabius qui vise à créer un impôt sur l'énergie à l'échelle européenne.

Les critiques en général, et plus particulièrement celles qui viennent de la gauche, ont tendance à présenter l'UE comme une entité de plus en plus éloignée de ses citoyens et incapable de lutter contre les forces libérales de la mondialisation. La question de savoir si les propositions des candidats se concrétiseront reste aussi obscure que le visage de celui ou celle qui prendra possession de l'Elysée au mois de mai prochain.

Une chose est sûre néanmoins : l'Europe attend énormément de la part du nouveau Président français. Nombreux sont donc ceux qui espèrent que les meilleures idées sont encore à venir.

Royal et Fabius (Parti Socialiste/ Flickr); Sarkozy et DSK (PE Weck/ Flickr)