Politique

Dans de beaux draps

Article publié le 21 décembre 2007
Article publié le 21 décembre 2007

« Alors que tu fais ton lit, tu devrais t’y allonger », propose Bertolt Brecht, le dramaturge allemand dans son ‘Opéra de Quatre Sous’. Un conseil que ne donnerait pas un auteur français pour qui, se mettre dans de beaux draps n’est pas de tout repos. Celui qui s’y glisse se retrouve, selon l’expression, dans une situation plutôt inconfortable. Les Allemands changent le drap pour un ‘weiße Weste’, un gilet blanc. Si immaculé qu’il est censé faire apparaitre les côtés obscures d’une personnalité.

Ce gars qui est dans de beaux draps, s’il est anglais, se retrouve dans ‘dog’s dinner’, un dîner de chiens très british. Ou selon l’expression allemande ‘richtig im Schlamassel’, sous une mauvaise étoile. Ceux qui s’égarent en suivant cet astre de l’infortune seront très vite piégés dans le ‘quagmire’, embourbés jusqu’au cou comme disent les Anglais et les Hollandais, coincés ‘in het moeras zitten’.

Les mots qui désignent une substance liquide épaisse et forcément collante sont légion pour exprimer le fait hautement désagréable d’être coincé, les deux pieds dans la panade. Car si les Allemands qui n’ont pas de chance s’assoient ‘in der Tinte sitzt’, dans l’évier, les Français, eux, préfèrent nous ouvrir l’appétit : ceux qui n’ont pas de bol, sont pourtant, dans l’hexagone assez vite ‘dans la panade’ ou ‘dans la purée’ (pour rester polis). En Angleterre, aussi, ‘to be in the soup’, patauger dans la soupe ou dans la ‘jam’, la confiture, n’est pas très bon signe pour l’avenir.

En Italie, si vous tombez dans ‘nei pasticci’ ou ‘il casino’, suivant l’expression ‘essere in um casino’, vous serez dans la pagaille. Mais vous pourriez aussi bien vous retrouver ‘in die Klemme geraten’, attrapé en pleine lumière. Une expérience que pas mal de Polonais ont déjà fait, cernés des deux côtés cette fois, en étant ‘byc w tarapatach’, comme pris dans un étau.

Au final, on a toujours les pieds embourbés ‘in der Patsche’, une confiture qui tâche et fait des dégâts : l’Anglais le sait aussi très bien puisqu’il a, à plusieurs reprises, atterri dedans, ‘landed himself in a mess’. D’autres s’emmêlent les pédales. ‘Tollpatsch’, ou comme disent les hongrois, un ‘tolpaz’, désigne celui qui trébuche tout seul, comme un grand, sans qu’on ait à le pousser. Depuis le 17e siècle, les soldats hongrois étaient d’ailleurs appelés comme cela à cause de leurs chaussures aux larges semelles. On imagine bien que l’un d’entre eux, ait atterri, au moins une fois, dans la soupe. Pas de bol.

Example 5

Rounded corners with inset borders