Politique

Claude Fisher : « Les souvenirs de guerre sont indélébiles »

Article publié le 11 juillet 2011
Article publié le 11 juillet 2011
Alors que la Bosnie est en émoi pour célébrer les massacres de Srebrenica, un ancien général serbe, Jovan Divjak est retenu en Autriche pour des crimes qu’il n’a sans doute pas commis. L’occasion pour cafebabel.com de s’entretenir avec Claude Fisher, présidente de Confrontations Europe et militante pro-bosnienne, persuadée que la démocratie européenne se joue en ce moment dans les Balkans.

3 mars 2011. Jovan Divjak, ex-général de l’armée yougoslave, est arrêté à l’aéroport de Vienne, vraisemblablement à cause d’un douanier zélé. Mais depuis 4 mois, cet homme de 74 ans est retenu en Autriche, accusé de traîtrise et de crime de guerre. Tandis que Divjak attend les documents susceptibles de prouver son innocence, Claude Fisher, présidente de l’association Confrontations Europe qui s’est déjà mobilisée pour la Bosnie, s’insurge. Et parle d’ « injustice incroyable. »

cafebabel.com : Qui est Jovan Divjak ?

Voir la vidéo qui innocenterait Jovan Divjak (à 5:50) sur Youtube

Claude Fisher : C’est un ancien général de l’armée yougoslave qui vit en Bosnie depuis 1984 et qui au moment de la guerre a pris position très courageusement contre Milosevic. Et ce, dès 1992. Serbe de nationalité (Jovan Divjak est né à Belgrade, ndlr), il se considère aujourd’hui comme un Bosnien. Il se bat toujours pour une Bosnie multiethnique via l’association Obrazovanje Gradi Bosnu i Hercegovinu (OGBH) (« L’éducation construit la Bosnie-Herzégovine ») mais aussi à travers un très beau livre intitulé Sarajevo mon amour. Accusé de traîtrise et de crime de guerre survenus lors de l’attaque du 3 mai 1992 dans la rue Dobrovoljacka (Sarajevo), il a été interpellé le 3 mars dernier à l’aéroport de Vienne. Comme on est dans une période tendue après l’arrestation de Ratko Mladic, Divjak a directement été conduit au poste de police sur ordre du procureur. D’autant plus qu’il est placé sur une liste noire de 19 noms datant de l’époque de Milosevic qui n’est reconnu ni par La Haye ni par Interpol. On attend les preuves de sa culpabilité ou de son innocence. Sauf que cela fait 4 mois et que les dossiers sont en attente.

Présidente de Confrontations Europe

cafebabel.com : Pensez-vous que le cas de cet homme est symptomatique des rapports encore tendus entre la Serbie et la Bosnie-Herzégovine ?

« Il faut européaniser le mouvement et faire de la libération de Jovan Divjak, une condition de l’accession de la Serbie à l’Europe. »

Claude Fisher : Oui, bien sûr. Les politiciens se servent de Jovan et il est au cœur de démêlées politiques qui le dépassent. Son arrestation survient, de plus, une semaine avant celle de Mladic. Il ne faudrait pas que Divjak soit assimilé à lui. Srebrenica c’est quand même entre 6000 et 8 000 morts et plus de 15 000 disparus ! On a un homme qui attend depuis trop longtemps. Nous avons écrit à la Commission et au Parlement européen, nous avons fait une lettre qui a rassemblé 62 signataires de premier ordre. Désormais, il faut européaniser le mouvement et faire de la libération de Jovan Divjak, une condition de l’accession de la Serbie à l’Europe.

cafebabel.com : Les souvenirs de guerre sont-ils encore vivaces dans cette région desBalkans?

Lire l'article sur les célébrations des massacres de Srebrenica

Claude Fisher : Très vivaces. C’est même indélébile. Ce gens-là ont vu des choses horribles. Encore vivaces d’autant plus qu’il n’y a pas de clarification. Les Serbes n’ont pas fait le travail de culpabilité que les Allemands ont pu faire après la guerre par exemple. De plus, l’Union européenne exige de former un Etat de droit en Bosnie mais ils n’y arrivent pas. Nous voudrions fonder une communauté bosnienne mais nous ne parvenons même pas à mettre en place de gouvernement. Il demeure, au sein de chaque pays, des entités qui ravivent les tensions. Et les populations ne peuvent pas faire leur deuil si personne ne reconnait ses fautes. C’est ici qu’elles ont besoin de l’Europe. C’est pourquoi l’Autriche a la possibilité de les aider avec la libération de Divjak.

Photos : Une, (cc) Melita/flickr ; (cc) ocasaggia/flickr ; Claude Fisher : courtoisie de Confrontations Europe