Politique

Bonne nuit les petits !

Article publié le 17 avril 2009
Article publié le 17 avril 2009
On ne sait jamais qui peut se cacher sous le lit... Mais les expressions européennes ont leur petite idée.

Les enfants débordent d'imagination : il suffit d'une phrase involontaire, et ils commencent déjà à avoir peut de Falcor, le personnage de L'histoire sans fin, à penser qu'en cas de crise l'huissier viendra prendre tous leurs jouets ou encore que dans quelques jours le soleil explosera et nous fera tous mourir. Les nuits sont encore pires : en effet, non seulement les parents dorment et ne peuvent pas les protéger, mais en plus il fait tout noir et il est donc impossible de vraiment savoir ce qui peut se cacher sous le lit. Ce sont peut-être d'énormes cafards ? Ce n'est quand même pas pour rien qu’au moment d'aller dormir les Britanniques disent « Don't let the bed bugs bite »nab (« Ne laisse pas les cafards te mordent »). Les punaises sont une chose, mais il ne faut pas oublier les cafards polonais qui, pour on ne sait quelle raison, rampent pour s'approcher de plus en plus près de l'oreiller (« kalaruchy pod poduchy »). Ou encore, des communistes (des « rouges ») peuvent aussi se cacher sous le lit (comme disent les Anglais « Reds under the bed »nab). 

Difficile donc en pareille compagnie de se concentrer sur ses rêves et encore moins de songer à diverses questions existentielles graves, ce qui rend la maxime française « la nuit porte conseil »ced impossible à réaliser. Peut-être vaut-il mieux se laisser bercer par la chanson espagnole qui suggère qu'il faut simplement aller dormir pour se reposer et se lever le lendemain matin tôt (« vamos a la cama que hay que descansar para que mañana podamos madrugar »ped) ? Alors « faites de beaux rêves »ced !