Politique

Au Pays-Bas, Coran sur grand écran

Article publié le 18 mars 2008
Article publié le 18 mars 2008
Fitna, un film sur le Coran intitulé le mal, fait ressurgir l'affaire des caricatures de Mahomet. Dans l’hémicycle, on souffle 50 bougies : dernières nouvelles de Bruxelles.

Geert Wilders présente son film

Le Conseil européen a parlé cinéma le 13 mars dernier, alors que le Premier minister hollandais, Jan Balkenende, a demandé à ses collégues européens à Bruxelles, un soutien pour ce qui annonce comme une suite à l’affaire des caricatures. Le politicien hollandais, très populiste Geert Wilders présente, en effet, son film tant attendu, Fitna (qui selon Wilders signifie le mal), à propos du Coran, à la fin du mois. Et cela ne s'annonce pas comme une comédie. Fin de séance, Balkenende a exprimé le soutien qu’il avait reçu de la part de ses collègues du Conseil.

Joyeux anniversaire, cher Parlement

Alors qu’on tente souvent de paraître plus jeune aux yeux des gens, le Parlement européen, lui, se veillit. Le 12 mars, il a célébré son 50e anniversaire. Pourtant, dans sa forme et son rôle actuel, il n’existe que depuis 1979. Avant de devenir le cœur de la vie parlementaire européenne, l’édifice strasbourgeois, était un lieu de rencontre des parlementaires qui tentaient d’étudier des problèmes nationaux, et passé le plus clair de leur temps, à débattre sur le dos de leurs Etats respectifs.

Un Iranien gay protégé par l’UE

Un jeune Iranien de 19 ans, Mehdi Kazemi a d’abord été expulsé du Royaume-Uni, avant de subir le même traitement au Pays-Bas. Le 13 mars, le Parlement européen a adopté une résolution d’urgence, sur ce sujet, disant que ce jeune demandeur d’asile ne devait pas être renvoyé en Iran, parce qu’il risque d’être enfermé et condamné à mort pour « crime de sodomie » dans son pays. De retour au Royaume-Uni, le cas du jeune Mehdi devrait être à nouveau étudié par les autorités britanniques.

Croatie : à la pêche à l’adhésion

Le 13 mars, la Croatie a reçu le feu vert de Bruxelles pour devenir un pays membre de l’UE dès la fin 2009. Mais pour ce faire, le gouvernement croate a du interdire la pêche sur ses côtes pour entendre cette bonne nouvelle. Le Premier ministre croate, Sanadar, a affirmé qu’il était dorénavant confiant dans la futur adhésion de la Croatie qui deviendrait le 28e Etat membre de l’Union européenne. Peut-être, ne devrait-il pas se réjouir si vite, car pour la Commission, la Croatie n’est pas le seul poisson dans l’océan.

Pim de Kuijer - Brussels