Politique

7 conseils pour visiter l’Égypte de l’après-révolution

Article publié le 19 mai 2011
Article publié le 19 mai 2011
Le tourisme représente 11 % du produit intérieur brut de l’Égypte, et permet à plus de la moitié de la population active égyptienne d'exercer un emploi du secteur tertiaire. Son interruption a donc gravement dégradé la qualité de vie de nombreux Égyptiens de la classe moyenne.
Effrayés par la tourmente qui a suivi la révolution de 18 jours en janvier dernier, les 14 millions habituels de touristes boudent l’Égypte depuis des semaines. Cependant, cette situation devrait changer. Conseils d'une journaliste lituanienne aux touristes aventureux.

Depuis le renversement du président Hosni Moubarak, en Égypte, des centaines de commerçants, guides, chauffeurs de taxi, cochers, navigateurs de ferry-boats et bagagistes n'ont pratiquement plus de revenus. De nombreux chevaux, normalement utilisés lors des excursions touristiques, sont morts dans l'ancienne capitale Louxor. Suite à ces événements, on rapporte que les nouveaux touristes, arrivés en charter, jouissent de conditions spéciales d'accueil et de séjour. Le pays est soulagé de voir des avions pleins arriver de nouveau. Avant que le niveau d'affluence touristique ne retrouve son état normal, profitez de cette occasion et allez voir de près se dérouler l'histoire des pionniers du fameux « printemps arabe ».

1. « Bakchich » : aussi intéressant soit-il de se trouver en Égypte en ce moment, restez sur vos gardes !

De nombreux prestataires de services tenteront quand même de vous arnaquer : toute occasion est bonne pour compenser la diminution actuelle de leur revenu. Dans un tombeau de pharaon ou une pyramide, quelqu'un pourrait vous donner le commentaire inutile d'une fresque et s'attendre à recevoir un bakchich (pourboire), comme si vous ne saviez pas faire seul la différence entre Amon-Ra et Horus. Les responsables de toilettes publiques dégoûtantes et nauséabondes, sans papier hygiénique ni savon, vous demanderont aussi un pourboire (il est préférable d'utiliser les toilettes de lieux publics comme les musées et les cafés).

2. Rendez-vous sur la place Tahrir, où l'histoire moderne est en train de se dérouler

Vous pourriez croire que l'Égypte est synonyme d'agitation et d'instabilité. Cependant, le calme et l'ordre ont été rétablis en grande partie, non seulement dans les stations balnéaires, mais aussi au Caire, la capitale, et à Alexandrie, la deuxième plus grande ville. Dorénavant, les pyramides de la troisième plus grande ville, Gizeh, ne sont plus les seules curiosités touristiques. La place Tahrir, qui abritait les quartiers généraux incendiés de l'ancien parti au pouvoir, est un autre lieu de visite à ne pas rater. Les images télévisées la rendent plus grande qu'elle ne l'est en réalité. On peut aller y regarder des dizaines de graffitis patriotiques et révolutionnaires, du moins jusqu’à ce que la municipalité ne se décide à les effacer. En effet, l'entrain de l’après-révolution a fait exploser la créativité.

Par ailleurs, des Égyptiens moyens, qui ne s’étaient jamais impliqués en politique jusqu'ici, réfléchissent maintenant aux projets à suggérer au nouveau gouvernement afin de gérer au mieux leur quartier. Les gens ont pris conscience de leur pouvoir. Face à l'éventualité qu'un autre régime autoritaire ne s'empare du pouvoir, ils restent confiants dans leur capacité de se débarrasser désormais de n'importe quel régime. Mais que va devenir cette ferveur ? D'ici quelques mois, elle aura peut-être disparu.

3. Les pyramides de Gizeh, moins cher à dos de chameau

Ces jours-ci, les guides ou leurs employés sont contents d'avoir enfin des touristes, et ne les considèrent pas comme acquis. Si vous vous promenez dans les temples anciens, seul ou au sein de votre propre groupe, il vous sera plus facile de prendre des photos et l'expérience sera moins bruyante et plus authentique. En revanche, l’entrée des pyramides vous coûtera cher. Le personnel vous expliquera que vous devrez payer un extra pour faire le tour à pieds de toutes les pyramides, mais que ce coût est éliminé lorsque vous prenez un cheval ou un chameau. Si vous optez pour un chameau, on vous demandera en chemin de payer un supplément afin que votre chameau soit mené par un guide adulte plutôt que par des enfants. Et pour clore le tout, avant la fin de l'excursion, il se peut que votre guide arrête le chameau pour vous demander un bakchich. Soyez ferme.

4. Achat de papyrus : aiguisez votre technique de marchandage

Les prix sur les marchés du Moyen-Orient sont cinq fois plus élevés qu'ils ne devraient l’être (et dix fois plus élevés pour les touristes qui ont l'air perdu). Certains guides reçoivent des commissions s'ils amènent des touristes à certains magasins. Ils vous appâteront afin que vous voyiez (et achetiez) un « vrai » papyrus et d'autres souvenirs. Dans les magasins, le personnel prendra le temps de vous montrer comment faire soi-disant la différence entre des objets authentiques et leurs contrefaçons. Considérez leurs explications comme un jeu et ne vous laissez pas escroquer. Admirez le talent des vendeurs sur les marchés égyptiens, et ce, même si vous finissez par acheter la marchandise à un prix trop élevé. Faites attention à des phrases telles que : « C'est un prix pour les touristes, je vous offre un prix d'ami », ou « Vous plaisantez ? Honnêtement, cela me fait perdre... »

5. Le harcèlement sexuel est au plus bas

Le problème de la sécurité des lieux publics a été soulevé à de nombreuses reprises, peut-être en raison de la forte implication féminine dans la révolution. Les activistes œuvrant sur la question ont signalé des changements. De nombreux hommes tentent encore de faire des remarques ou d'entamer une conversation avec des femmes, mais, à ce que j'ai entendu dire, ils ont l'air de prendre conscience que les femmes n’apprécieront peut-être pas.

6. Rencontrez des touristes égyptiens

Suite à la révolution, la diminution de l'affluence de touristes a fait baisser les prix des hôtels et d'autres services. Cela pourrait expliquer en partie l'augmentation du tourisme interne. Les régions touristiques sont moins bondées et devenues plus accessibles aux Égyptiens moyens. Vous pouvez donc en voir passer devant les pyramides à dos de chameau, ou chanter joyeusement leur hymne national en agitant leur drapeau au sommet du Mont Sinaï (le lieu, dans la Bible, où Dieu donna les dix commandements à Moïse).

7. Alerte à la grève ! L’Égypte de l’après-révolution peut être moins prévisible

Depuis que les gens ont réussi l'exploit de renverser leur président, ils se sont aussi engagés dans d'autres luttes, y compris sur leur lieu de travail. Il se peut que votre voyage doive être modifié pour une raison telle qu'une grève de cheminots. Ne râlez pas : les gens font valoir leurs droits, et le résultat de leur travail ne doit pas être tenu pour acquis. Il existe toujours des solutions de rechange.

Lire le blog de l'auteur sur cafebabel.com, wonderland

Photo : Une : (cc) mLg/Arthur Lima sur flickr/jurema.la/; bakchich : (cc) duimdog sur Flickr et duimdog.nl/weblog/; Place Tahrir : (cc)monasoshMona sur Flickr/ma3t.blogspot.com; Vendeur de marché : (cc) usr.cAli Almossawi sur Flickr et portfolio officiel