Nomur

Je suis partie cet été en¨Palestine... - Marie-Astrid Prevost

Article publié le 17 septembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 17 septembre 2007
et dans les territoires israéliens. on aimerait nous faire croire ici que le conflit, ethnico-religieux, est sans cesse ravivé par les palestiniens. On se rend compte sur place qu'il n'en est rien, que le conflit est purement politique et qu'il n'est entretenu que par les israéliens. Qu'est-ce qu'Israel? Au début, c'est une colonie.
Un e colonie sans métropole établie sur le mensonge d' "une terre sans peuple pour un peuple sans terre." Mensonge que les dirigeants sionistes se sont efforcés et s'efforcent encore de rendre le plus crédible possible en effacant totalement la présence et la culture palestinienne. Si l'on demande à n'imporete quel israelien: "qu'y avait il icic avant 1948?" La réponse sera invaraiablement: " il n'y avait rein ni personne."

Dans les territoires israeliens, tout est fait pour compliquer au maximum la vie des palestiniens, par exemple en faisant passer une autoroute entre un village et ses terres.Et puis, déculturation oblige, il faut rendre cette population la moins visible possible.Problème: le mur de séparation est un violent rappel de sa présence. Qu'à celà ne tienne, on enfoit le mur sous des collines fleuries, uniquement coté israelien, bien sûr. Il ne faudrait tout de meme pas que celui-ci gâche le paysage! A propos du mur, sensé protéger Israel des attaques terroristes, on remarque avec éton,nement que par endroits, sa construction est interrompue sur parfois 200 m : il faut bien en effet laisser passzer un ou deux kamikazes pour justifier de la politique militaire et sécuritaire. En revanche, aucune défaillance du mur entre ramallah, jérusalem et bethleem. Ce réseau urbain etait la colonne vertébrale des relations economiques et sociales palestiiniennes et le mur a servi à la briser.

Enfin, en Cisjordanie, zone sensée être sous autorité palestinienne, on assiste à une situation d'occupation militaire insupportable:impossibilité de se déplacer librement a cause des check points, incursions repétées de l'armée dans les villes et les villages, arrestations voir meurtres arbitraires, et grignotage du terrain, encore et toujours, par l'établissement de colonies. A Hébron, les colons israeliens se sont installés a l'intérieur meme de la ville et détruisent régulièrement les récolte s alentours en lâchan,t des animaux dans les champs palestiniens. Certaines rues sont à sens unique pour les palestiniens(à pied!) et d'autres interdites.

Ce ne sont là que des exemples, un échantillon infime de ce que doivent endurer les Palestiniens au quotidien. Malgré cette situation absurde que les sionistes imposent depuis 90 ans, les Palestiniens que j'ai pu rencontrer ne sombrent pas dans la haine, ils résistent et se battent pour leurs droits, à commencer par le droit au retour, pas pour la vengeance

Marie-Astrid Prevost