La Parisienne

A Paris, rien de nouveau ? Petit guide pour se prouver le contraire

Article publié le 29 juillet 2011
Publié par la communauté
Article publié le 29 juillet 2011
Tu crois avoir écumé tous les bars de la capitale ? Goûté toutes les planches de charcuterie-fromage-pain-à-volonté qu'elle te propose ? Epuisé la rue Oberkampf ? par Matthieu Amaré, Annika Schlüter et Lilian-Marie Pithan C'est probable. Mais nous, à la Parisienne, on sait encore être émerveillé. Surtout quand il s'agit de boire plusieurs verres. Parce quand on aime..
Du salon de thé à l'hôtel chic où tu peux saliver à l'aise (plutôt au début du mois, ne nous voilons pas la face), Paris peut encore te suprendre !

Boire comme un trou dans un trou pour un sou

Matthieu est formel: les Abbesses, c'est une valeur sûre

cc Damien Phototrend.fr "J’ai connu l’endroit, tout connement. Comme un Toulousain qui découvre Paris via un guide touristique. L’endroit c’est le Trou dans le mur. Soit une cave à vin qui a réaménagé son arrière-boutique en cantine. Située à 200 m de la place des Abbesses, j’aime me retrouver avec mes potes autour d’un bloc de foie gras bon marché, d’une bouteille de vin de Sud-Ouest et d’un pain traditionnel. Puis, à la nuit tombée, la cave ferme ses portes pour vous laisser dorloter dans sa réserve avec les tauliers, les artistes et les amants de Montmartre. Parfait pour être tranquille et rigoler. En se tapant la panse. "

"Le Trou dans le Mur", 43 rue des Abesses 75018 Paris

D'Ouest en Est, le nord de Paris n'a pas dit son dernier mot

Annika reste fidèle au Nord : direction les Batignolles puis le 20ème pour deux ambiances différentes mais un plaisir identique

Quartier des Batignolles

© Euro Cheapo FlickrVendredi soir, ta journée de boulot est enfin terminée et tu veux juste aller boire un, voire plusieurs verres avec des amis? Tu en as ras le bol de toujours te retrouver sur les Grands Boulevards, entouré de jeunes étudiants (et des Erasmus pour la plupart - et ça ça veut dire que bruit et bagarre feront partie du menu) et même la rue Oberkampf a un peu perdu de son charme à cause des trois heures d'attente pour un verre plus ou mois bien rempli? Le quartier des Batignolles a beaucoup plus à offrir que les deux parcs qu'on y trouve le square et le parc Clichy-Batignolles- qui ne sont déjà pas si mal cela dit. Les Batignolles, c'est un quartier sympa, avec un tas de bars mignons et branchés, des gens plus ouverts qu'on ne peut le croire, et une ambiance jeune et créative. Rendez-vous donc: rue Legendre coté des batignolles ou rue Brochant au 'Bloc',21 rue Brochant, Métros Brochant et Rome.

"Mama Shelter" 109 Rue de Bagnolet 75020 Paris

Envie d'un truc stylé et hype mais pas forcement chic-chic? J'avoue, ce n'est pas évident à Paris. MAIS heureusement il y a le Mama Shelter, un hôtel dans le 20ème arrondissement juste en face de la Flèche d'or et ouvert depuis septembre 2009 seulement. Dans une ambiance familiale et détendue, tu peux aussi bien bruncher avec ta famille ou tes amis (tous les dimanches de midi à 16h) que te bourrer la gueule au bar de l'hôtel la veille avec des djs venant d'un peu près partout dans le monde. L'architecte Phillip Starck y a signé la déco trash, familiale, chic, moderne et campagnarde à la fois (c'est possible). Et le charme du Mama Shelter ne passe pas à coté des stars non plus puisque Vincent Cassel et Monica Bellucci y fêtent regulièrement l'anniversaire de leurs filles. Mais CHUUT!

© icedsoul photography teymur madjderey Flickr Thé et petits gâteaux: pourquoi se priver quand c'est vintage ?

Lilian préfère le centre et les pavés parisiens. A Bastille, le thé se prend à toute heure et à tout âge

La petite Cour Darmoye, qui n'est pas très loin de la turbulente Place de la Bastille, passe plutôt inaperçue même aux yeux des Parisiens. Et presqu'au bout de la rue, dont les trottoirs grouillent de boutiques de céramique et de galeries d’art encadrées par des marchands de vin, trône un lampadaire orné d'un écriteau "café-thé". C'est l’entrée (old school) de la Brûlerie Daval, où le café et le thé d'Andréa d’Amico sont servis dans des tasses de porcelaine anciennes et souvent fêlées. L’assortiment – du thé au miel au Moka Harrar- est presque trop grand pour que l’on se contente d'un seul échantillon. Mais puisque le café fraichement moulu et torréfié comme le thé ne coûtent qu'1€50, on devrait goûter toutes ces boîtes en fer-blanc, soigneusement rangées sur les bords du magasin. S’il fait beau, on peut "siroter" son café sur une chaise pliable devant la Brûlerie et babiller avec Madame d’Amico sur son grand amour, le 20ème arrondissement. Rencontres improbables garanties !

On ne garantie pas que ces bars seront ouverts au mois d'août mais on sait maintenant où emmener sa grand-mère pour boire un verre et ses potes pour une tea-party.

Bonnes vacances à tous, on se retrouve en septembre !