La Lettre Persane

La tragédie des civiles à Raqqa

Article publié le 25 août 2017
Article publié le 25 août 2017

Raqqa, dans le nord de la Syrie, des milliers de civils se retrouvent au cœur des combats alors que la bataille pour reprendre le contrôle de la ville entre dans sa phase finale. 

Amnesty International s’inquiète du sort de centaines de civils sont été tués ou blessés depuis que l’offensive a été lancée le 6 juin pour reprendre la « capitale », principal bastion du groupe terroriste État islamique (EI).

Des victimes et des témoins ont raconté à nos chercheurs qu'ils se retrouvent confrontés aux engins piégés et aux snipers de l’EI, qui cible quiconque tente de fuir, et au barrage incessant des tirs d'artillerie et des frappes aériennes des forces de la coalition que dirigent les États-Unis, combattant aux côtés des forces des FDS. Les forces gouvernementales syriennes appuyées par la Russie bombardent également les civils dans les villages et les camps situés au sud du fleuve, y compris en utilisant des bombes à sous-munitions interdites par le droit international.

On ignore combien de civils sont encore pris au piège dans la ville de Raqqa. L'ONU estime qu'ils sont entre 10 000 et 50 000. Beaucoup, sans doute la plupart, seraient retenus comme boucliers humains dans la vieille ville et d'autres quartiers contrôlés par l'EI.

 Parmi les civils qui ont pu quitter la ville, beaucoup ont déclaré que ces attaques incessantes et souvent imprécises se traduisent par une forte hausse du nombre de victimes civiles ces dernières semaines et ces derniers mois. Daraiya, à l'ouest du centre de la ville de Raqqa, est l'un des quartiers qui a été lourdement bombardé par les forces de la coalition, notamment du 8 au 10 juin. C'était l'enfer, de nombreux obus ont frappé le quartier. Les habitants ne savaient pas quoi faire pour survivre. Certains couraient d'un endroit à un autre... et ont fini par se faire bombarder. La coalition ne savaient-ils pas que l'endroit était plein de civils ? Nous étions coincés là… parce que Daesh [EI] ne nous laissait pas partir. »

L'EI met en œuvre diverses stratégies pour empêcher les civils de fuir Raqqa, notamment en les utilisant comme boucliers humains. Les combattants de l'EI posent des mines terrestres et des engins piégés le long des itinéraires permettant de sortir de la ville, installent des postes de contrôle autour de la ville pour limiter les déplacements et tirent sur ceux qui tentent de s'enfuir. Mahmouda, une habitante qui a fui le quartier de Daraiya, a déclaré : « La situation était terrible... L'EI ne nous laissait pas partir. Nous n'avions ni nourriture, ni électricité. Les espions au service de la police religieuse étaient nombreux. Ils nous assiégeaient avec des snipers. Si vous êtes touché par un sniper, vous mourez chez vous. Il n'y a aucun médecin. »

Reem, une autre habitante de Daraiya, a expliqué que les combattants de l'EI ont commencé à obliger les gens à s'installer dans l'enceinte de la vieille ville, où ils sont censés se retrancher : « Ils [l'EI] sont revenus frapper à notre porte et nous ont dit que nous avions une demi-heure pour nous rendre dans la vieille ville. Si vous refusez, ils vous accusent d'être un agent de l’ennemi et vous êtes mort. »